A Candle For Remembering

A Candle For Remembering
May this memorial candle lights up the historical past of our beloved Country: Rwanda, We love U so much.

Welcome to Home Truths

The year is 1994, the Fruitful year and the Start of a long epoch of the Rwandan RPF bloody dictatorship. Rwanda and DRC have become a unique arena and fertile ground for wars and lies. Tutsi RPF members deny Rights and Justice to the Hutu majority, to Congolese people, publicly claim the status of victim as the only SurViVors while millions of Hutu, interior Tutsi and Congolese people were butchered. Please make RPF criminals a Day One priority. Allow voices of the REAL victims to be heard.

About US

AS Foundation Founder, Webmaster, Editor-in-chief and Publisher. Search and meet Libre Penseur, the Man who stands firm on his priniciples. I am working for a pro-peace humanitarian organization with no political agenda. Make your voice heard around the globe. You think it, you write it. Dear SurViVors: Nobody’s going to help you. It’s all up to you. Make it happen for yourself. However, there's a common knowledge to remember : "No man is an island". Will be possible for me to realize my dream and say : *.*The war is over, the hunting trip on Hutus comes to an end, the Evil is taken away, the reign of Terror comes to an end in Rwanda, my beloved homeland. As we stand on the precipice of Paul Kagame war crimes, crimes against humanity and crimes of genocide, call on the Regime change in Rwanda. Will you just sit back and watch Paul Kagame destroying the Human kind or will you stand up with African SurViVors and make your voice heard? Nothing is said about Kagame's arrest. Many are asleep, wrapped up their day to day lives. However, if and if you are awake, it is your responsibility to wake others! Spread the word, Ask for Paul Kagame's removal and indictment, take action.*.*

Paul Kagame admits ordering...

Paul Kagame admits ordering the 1994 assassination of President Juvenal Habyarimana of Rwanda.

Why did Kagame this to me?

Why did Kagame this to me?
Can't forget. He murdered my mother. What should be my reaction? FYI: the number of orphans in Rwanda has skyrocketed since the 1990's Kagame's invasion. Much higher numbers of orphans had and have no other option but joining FDLR fighters who are identified as children that have Lost their Parents in Kagame's Wars inside and outside of Rwanda.If someone killed your child/spouse/parent(s) would you seek justice or revenge? Deep insight: What would you do to the person who snuffed the life of someone I love beyond reason? Forgiving would bring me no solace. If you take what really matters to me, I will show you what really matters. NITUTIRWANAHO TUZASHIRA. IGIHE KIRAGEZE.

RPF committed the unspeakable

RPF committed the unspeakable
The perverted RPF committed the unspeakable.Two orphans, together against the world. Point is the fact that their parents' murder by Kagame & RPF held no shock in the Western world. Up to now, kagame and his death squads still enjoy impunity. What goes through someone's mind as they know RPF murdered their parents? A delayed punishment is actually an encouragment to crime. “I always think I am a peaceful person but if someone harmed someone near and dear to me, I don't think I could be so peaceful. I would like to believe that I would seek justice - I would devote myself to bringing the 'perp' to a non-happy ending but would that be enough? You'd have to be in the situation I suppose before you could actually know how you would feel or what you would do”. Jean-Christophe Nizeyimana, Libre Penseur



Hutu Children & their Mums

Hutu Children & their Mums
Look at them ! How they are scared to death. Many Rwandan Hutu and Tutsi, Foreign human rights advocates, jounalists and and lawyers are now on Death Row Waiting to be murdered by Kagame and his RPF death squads. Be the last to know.


Rwanda-rebranding-Targeting dissidents abroad, despite war crimes and repression Rwanda has “A well primed PR machine”, and that this has been key in “persuading the key members of the international community that it has an exemplary constitution emphasizing democracy, power-sharing, and human rights which it fully respects”. It concluded: “The truth is, however, the opposite.” Rwanda has hired several PR firms to work on deflecting criticism, and rebranding the country.

Targeting dissidents abroad One of the more worrying aspects of Racepoint’s objectives was to “Educate and correct the ill informed and factually incorrect information perpetuated by certain groups of expatriates and NGOs,” including, presumably, the critiques of the crackdown on dissent among political opponents overseas. This should be seen in the context of accusations that Rwanda has plotted to kill dissidents abroad. A recent investigation by the Globe and Mail claims, “Rwandan exiles in both South Africa and Belgium – speaking in clandestine meetings in secure locations because of their fears of attack – gave detailed accounts of being recruited to assassinate critics of President Kagame….

Ways To Get Rid of Kagame

  1. The people overthrow the Rwandan dictator (often put in place by foreign agencies) and throw him, along with his henchmen and family, out of the country – e.g., the Shah of Iran, Marcos of Philippines.Compaore of Burkina Faso
  2. Rwandans organize a violent revolution and have the dictator killed – e.g., Ceaucescu in Romania.
  3. Foreign powers (till then maintaining the dictator) force the dictator to exile without armed intervention – e.g. Mátyás Rákosi of Hungary was exiled by the Soviets to Kirgizia in 1970 to “seek medical attention”.
  4. Foreign powers march in and remove the dictator (whom they either instated or helped earlier) – e.g. Saddam Hussein of Iraq or Manuel Noriega of Panama.
  5. The dictator kills himself in an act of desperation – e.g., Hitler in 1945.
  6. The dictator is assassinated by people near him – e.g., Julius Caesar of Rome in 44 AD was stabbed by 60-70 people (only one wound was fatal though).
  7. Organise strikes and unrest to paralyze the country and convince even the army not to support the dictaor – e.g., Jorge Ubico y Castañeda was ousted in Guatemala in 1944 and Guatemala became democratic, Recedntly in Burkina Faso with the dictator Blaise Compaoré.

Almighty God :Justice for US

Almighty God :Justice for US
Hutu children's daily bread: Intimidation, Slavery, Sex abuses led by RPF criminals and Kagame, DMI: Every single day, there are more assassinations, imprisonment, brainwashing & disappearances. Do they have any chance to end this awful life?

Malcolm X Quotes

Killing Hutus on daily basis

Killing Hutus on daily basis
RPF targeted killings, very often in public areas. Killing Hutus on daily basis by Kagame's murderers and the RPF infamous death squads known as the "UNKNOWN WRONGDOERS"

RPF Trade Mark: Akandoya

RPF Trade Mark: Akandoya
Rape, torture and assassination and unslaving of hutu women. Genderside: Rape has always been used by kagame's RPF as a Weapon of War, the killings of Hutu women with the help of Local Defense Forces, DMI and the RPF military

The Torture in Rwanda flourishes

The Torture in Rwanda flourishes
How torture flourishes across Rwanda despite extensive global monitoring

Fighting For Our Freedom?

Fighting For Our Freedom?
We need Freedom, Liberation of our fatherland, Human rights respect, Mutual respect between the Hutu majority and the Tutsi minority


Sunday, October 4, 2015

[Since 1994, the world witnesses the horrifying Tutsi minority (14%) ethnic domination, the Tutsi minority ethnic rule with an iron hand, tyranny and corruption in Rwanda. The current government has been characterized by the total impunity of RPF criminals, the Tutsi economic monopoly, the Tutsi militaristic domination, and the brutal suppression of the rights of the majority of the Rwandan people (85% are Hutus)and mass arrests of Hutus by the RPF criminal organization =>AS International]

CORRUPTION IN NETHERLANDS. The Rwandan Hitler couldn't land in Amsterdam without corrupting some of our Dutch authorities. Shameful.


UK : 21 Rwandan spies and operatives networks in UK under investigation
Rwanda Day verdeelt Rwandezen

Une journaliste anti-Kagame protégée par la Sûreté de l'Etat

Des escadrons de la mort rwandais actifs en Belgique?

Rwandaday, la nouvelle méthode de blanchiment du dictateur criminel Rwandais Paul Kagame

Le régime TYRANNIQUE DE kagame au Rwanda tenterait d'éliminer les dissidents, activistes des droits de l'homme  et des opposants en Belgique

Le régime au pouvoir au Rwanda tenterait d'éliminer des dissidents et des opposants en Belgique, annonce Het Belang van Limburg sur base d'indices sérieux. Kigali utiliserait pour cela des commandos performants envoyés dans notre pays. La Sûreté de l'Etat aurait déjà dû fournir sa protection à plusieurs personnes.
Mercedes blindée
L'histoire commence l'an dernier. Une journaliste canadienne, Judi Rever, auteur d'articles critiques à l'égard du régime du président rwandais Paul Kagame, est en visite de travail en Belgique. Durant son séjour d'une semaine, elle doit se déplacer en Mercedes blindée accompagnée de deux agents de la Sûreté, écrit le journal.
Mme Abahujinkindi Josephine
 Alost, 9300, Nestor De Tièrestraat 45, België

My Neighbor My Killer
Un accord avec la Sûreté
La Sûreté de l'Etat s'abstient évidemment de tout commentaire à ce sujet, mais Het Belang van Limburg a pu consulter l'accord signé à ce sujet par Judi Rever et les services belges.
La journaliste canadienne témoigne aussi : "L'agent m'a informé du fait que la Belgique avait de sérieuses informations selon lesquelles l'ambassade rwandaise à Bruxelles constituait une menace pour moi".

Informative but alarming documentary:
Mme Abahujinkindi Josephine est l'épouse de feu Dr. Jacques Gasekurume (que Dieu ait son âme).Kwitabira gahunda za Leta muvuga komwahunze ni ubufatanyacyaha: Rugema Kayumba,RNC, Norvège.

La Belgique héberge en effet les assassins Rwandais reconnus comme Intore, les escadrons de la mort voués à l'extermination des Eurpéens d'origine rwandaise, des réfugiés Rwandais en Europe et d'autes supposés de l'opposition politique rwandaise sur le sol européen.

Intore : Mme Josephine Abahujinkindi
en date du 03 octobre 2015 à Amsterdam lors de la visite
du Hitler rwandais Paul Kagame,
Elle parle au nom de la diaspora rwandaise

De quelle diaspora s'agit-il s'ici? Et pourtant, elle a été
accueilli aux Pays-Bas comme réfugié. Est-ce VRAI 
OU elle a vraiment menti aux autorités néerlandaises?
Une infiltration classique: Elle s'est infiltrée pour faciliter
les assassinats des opposants au régime de Kigali
qui vivent en Europe. 
Pour preuve

cliquez sur le lien repris ici
"Mu izina ry’Abanyarwanda bibumbiye mu ihuriro rya diaspora nyarwanda, Josephine Abahujinkindi yagarutse ku gaciro gakomeye Rwanda Day ifite ndetse anagaruka ku ruhare bagira mu iterambere ry’igihugu no guhangana n’abashaka kuvogera iby’u Rwanda rwagezeho". 8:20 min (voir Igihe.com)

Du jamais vu: ENOUGH IS ENOUGH
Cette dame est co-responsable des crimes qui ont été commis aujourd'hui à Amsterdam (RAIL) où 5  européens d'origine rwandaise ont été brutalisés et leurs portables ont été pris de force par les Intore de Kagame éparpillés en Europe et représentés par Mme Josephine Abahujinkindi au cours de cette Rwandaday. Qui pouvait l'imaginer? Le journaliste de Radio Itahuka connu et aimé par la majorité des Rwandais Mr. N. Serge a été attaqué par les Intore, escadrons de la mort  de Kagame dépéchés spécialement à sont arrivée à Amsterdam pour l'assassiner.
Après avoir échoué leur tentative d'assassinat, ils sont partis avec son portable. L'ONG African Survivors International demande qu'une enquête soit réellement suivie de près pour que les criminels de Kigali, responsables de ces crimes, soient appréhendés et conduits devant la justice Néerlandaise et ou Européenne.
Gallery relating to the so-called Rwandaday, a method aimed to whitewash Kagame's image of a worse criminal dictator.

Rwanda Day verdeelt rwandezen
Peter Verlinden:

"De reportage over 'Rwanda Day' in Amsterdam, alvast buiten de conferentiezaal. Want onafhankelijke journalisten mochten niet binnen, wij dus ook niet.
Om eerlijk te zijn: dit was een bijzonder kille en akelige ervaring vandaag. De agressie en meedogenloosheid van de veiligheidsmensen van Kagame, massaal aanwezig, voelt angstaanjagend. Wij als blanken weten dat we nog beschermd zijn, wat moet dat betekenen voor Rwandezen in Rwanda én zelfs in Europa en elders in de wereld.

 is onbegrijpelijk dat landen zoals Nederland, Groot-Brittannië, de Verenigde Staten én ook België dit regime zo massaal blijven steunen. Grotendeels kritiekloos, zelfs al weet iedereen dat Kagame en zijn regime verantwoordelijk zijn voor vele honderdduizenden doden sinds oktober 1990, in Rwanda, Congo en zelfs elders in de wereld.
Worden degelijke rapporten, van de Verenigde Naties, van erkende mensenrechtenorganisaties (zoals Amnesty International en Human Rights Watch), én van gerespecteerde academici dan helemaal niet gelezen? Of blijven verantwoordelijke politici ziende blind?"

Approché pour liquider des opposants
Het Belang van Limburg a également recueilli le témoignage d'un ancien allié de Kagame, Robert Higiro, approché par les services de renseignement rwandais pour liquider des opposants, témoignage qu'il a aussi donné à Judi Rever.
L'histoire de Judi Rever est en outre confirmée par notre confrère de la VRT, spécialiste de l'Afrique centrale, Peter Verlinden qui a eu l'occasion de la rencontrer l'an dernier en Belgique : elle bénéficiait effectivement à ce moment de la protection d'un membre de la Sûreté, témoigne le journaliste de la VRT.
Peter Verlinden souligne aussi que de nombreux Rwandais sont placés sous protection, permanente ou momentanée, comme l'ancien Premier ministre Faustin Twagiramungu, cible possible de menaces de mort en mai 2014.
En morceaux dans le canal
Le journaliste de la VRT, qui dénonce au passage un régime "criminel et meurtrier", évoque par exemple les cas plus tragiques le colonel Patrick Karegeya, ancien chef des services de renseignements, étranglé le 1er janvier 2014 dans un hôtel à Johanesburg ou ce Rwandais retrouvé en morceaux dans le canal à Bruxelles, deux cas qui se retrouvent dans la liste des assassinats politiques d'opposants rwandais à l'étranger dressée par Het Belang van Limburg.

The Truth can be buried and stomped into the ground where none can see, yet eventually it will, like a seed, break through the surface once again far more potent than ever, and Nothing can stop it. Truth can be suppressed for a "time", yet It cannot be destroyed. ==> Wolverine
Saturday, October 3, 2015

[Since 1994, the world witnesses the horrifying Tutsi minority (14%) ethnic domination, the Tutsi minority ethnic rule with an iron hand, tyranny and corruption in Rwanda. The current government has been characterized by the total impunity of RPF criminals, the Tutsi economic monopoly, the Tutsi militaristic domination, and the brutal suppression of the rights of the majority of the Rwandan people (85% are Hutus)and mass arrests of Hutus by the RPF criminal organization =>AS International]

  2. la Tanzanie dénonce publiquement l’invasion de la RDC
  3. Au Burkina Faso, fin de partie pour l’ex-putschiste Gilbert Diendéré
  4. Vidéo (Kirundi): Alain Nyamitwe accuse le Rwanda d'abriter des rebelles Burundais 
  5. People go from fighting in the bush one day to being the president the next

la Tanzanie dénonce publiquement l’invasion de la RDC

Le DP (ndlr: Democratic Party) m’a demandé d’écrire une lettre et de l’envoyer immediatement à Dodoma. Parce que là, ils passaient aux votes d’un candidat président dans le camp du CCM (ndlr : Chama Cha Mapunduzi, parti majoritaire). Car celui qui y sera voté sera aussi le président de tous les Tanzaniens demain. Et Il est de notre devoir patriotique d’entrer partout où on ne voit pas clair, surtout lorsqu’il s’agit du pouvoir. Ainsi, nous avons écrit la lettre.

Nous avons aussi une institution de la liberté, Fondation international, qui se trouve partout, en Europe, ici, et ailleurs… Grâce à tout cela, nous cherchons les vérités sur les gens commeKagame, au sujet de plus de6 millions des mortsmaintenant. On ne peut pas se taire sur cette question aussi sensible. Car ces gens-là sont desTutsis,connus pour leur ambition de construire et de développer un empire Tutsi ici. Ils croient bien qu’ils sont au dessus de tous, et que Dieu leurs a donné le pouvoir sur les autres. Et que nous autres lesbantouset surtout lesHutu, nous sommes créés comme leurs esclaves pour toujours. C’est pour cela qu’ils veulent développer leur empire Tutsi, pour régner. Ils ont des agents partout, partout (ndlr : c’est nous qui soulignons).

1. Au Congo, ils ont mis un tutsi du Rwanda au pouvoir, qu’ils ont surnommésKabila. C’est ca la pure vérité, et nous luttons contre ça. Ils oppressent les congolais chez eux (ndlr : idem).

2. Maintenant au Burundi, ils ont créé des troubles infinis dans le but d’effacer Nkurunziza et de le tuer? Tout ça, c’est eux qui le font. Ils veulent installer le leur au pouvoir.

3. Ici en Tanzanie, nous avons toutes les informations et toutes les épreuves concernant Mr Edward LOWASA et nous les avons toutes dévoilées. Et il ne les a jamais nié. Nous avons dévoilé toux ceux qu’ils ont infiltrés dans nos institutions, ceux qui font des troubles grâce à , beaucoup d’argent reçu etc… Voilà pourquoi nous sommes débout pour garantir la sécurité nationale, et nous disons, non à tout ça. Et cela est un droit humain.

Nous aidons les gens à connaitre toutes ces informations ici. Un certain temps, José Banda faisait du bruit sur un lac qui ne lui appartenait même pas. On pouvait se battre à ce même sujet, alors que le plan était celui de verser et faire entrer leurs troupes armées en passant par la province de Kigoma et celui de Kagera, d’autres en Zambie via Malawi, avec l’intention de nous envahir, comme ils ont envahis le Congo. Nous ne l’accepterons point chez nous (ndlr : idem). Ces problèmes-là sont complexes et très graves. Tout le monde, voir même la sécurité nationale, le savait déjà. Les techniciens de nos réseaux de renseignement sont partout dans ces pays Uganda, Rwanda partout…, ils sont au courant de toutes ces manœuvres des Tutsi. Vous savez que nous avons notre DP, cette institution travaille sur ça. Enfin nous sommes tous débout pour la défense nationale et la protection de notre indépendance. C’est ça notre contribution” www.apareco-rdc.com

The Truth can be buried and stomped into the ground where none can see, yet eventually it will, like a seed, break through the surface once again far more potent than ever, and Nothing can stop it. Truth can be suppressed for a "time", yet It cannot be destroyed. ==> Wolverine
Saturday, September 26, 2015

[Since 1994, the world witnesses the horrifying Tutsi minority (14%) ethnic domination, the Tutsi minority ethnic rule with an iron hand, tyranny and corruption in Rwanda. The current government has been characterized by the total impunity of RPF criminals, the Tutsi economic monopoly, the Tutsi militaristic domination, and the brutal suppression of the rights of the majority of the Rwandan people (85% are Hutus)and mass arrests of Hutus by the RPF criminal organization =>AS International]

Kigali houdt de schijn op met geheime gevangenis voor de armsten

Dat schrijft de mensenrechtenorganisatie Human Rights Watch in een nieuw rapport. De afgelopen vijf jaar zijn duizenden straatkinderen, daklozen en prostituees, sommigen met kleine kinderen, opgesloten en mishandeld, zonder enige vorm van proces en zonder dossier. Het Rwandese regime wil op die manier de schijn ophouden dat Kigali een welvarende stad is, zonder armoede.

Gikondo Transit Center, April 2015.
 © 2015 Human Rights Watch.

English version


Tout le monde ici à Kigali peut être arrêté et emmené à Kwa Kabuga.
Quand on passe une journée sans être arrêté, on dit que Dieu a été bon.
−Ancienne détenue au Centre de transit de Gikondo, Kigali, mars 2014
Kigali, la capitale du Rwanda, se distingue comme l'une des villes les plus propres et ordonnées de l’Afrique. En comparaison avec la période ayant immédiatement suivi le génocide au Rwanda en 1994, Kigali compte aujourd'hui très peu d'enfants de rue et de mendiants. Peu de travailleuses du sexe arpentent les rues de la capitale. Les vendeurs de rue sont toujours à l’affût de la police, et sont prêts à emballer leurs produits à tout moment.
Cette image positive d'une ville étincelante et où l’on peut vivre en sécurité est en grande partie le résultat d'une pratique délibérée de la Police nationale du Rwanda consistant à mener des rafles visant des personnes « indésirables » et à les détenir de façon arbitraire au Centre de transit de Gikondo, un centre de détention non officiel situé dans le quartier résidentiel de Gikondo, dans une banlieue de Kigali. Les personnes y sont exposées à des violations des droits humains, notamment des traitements inhumains et dégradants, avant d'être relâchées dans les rues, souvent avec l'ordre de quitter la capitale. Il n'y a pas de base légale pour priver la majorité des détenus de Gikondo de leur liberté, ni aucune procédure judiciaire ou de contrôle régulant leur détention.
Ce rapport, basé sur des recherches menées entre 2011 et 2015 à Kigali, décrit les violations des droits humains au Centre de transit de Gikondo, communément appelé Kwa Kabuga. Les enfants des rues, les vendeurs ambulants, les travailleuses du sexe, les personnes sans-abri, des délinquants suspectés de délits mineurs, des personnes soupçonnées d’avoir commis des délits graves, et d'autres personnes considérées comme faisant partie de ces groupes, ont été détenus au Centre de transit de Gikondo. Selon les recherches effectuées par Human Rights Watch, la majorité des personnes détenues étaient pauvres, sans-abri ou bien des personnes marginalisées ou vulnérables, qui avaient été arrêtées de façon arbitraire par la police.
Les recherches de Human Rights Watch suggèrent que plusieurs milliers de personnes sont susceptibles d’être passées par le centre et d’avoir été soumises à des mauvais traitements au cours des dix dernières années ; Gikondo a été utilisé comme un centre de détention depuis au moins 2005. Ce rapport fait suite à des recherches menées par Human Rights Watch il y a neuf ans, dont les résultats ont été publiés en 2006.
D'anciens détenus à Gikondo ont déclaré à Human Rights Watch que jusqu'à 800 personnes pouvaient être détenues au centre au même moment, dans plusieurs grandes salles. Certains ont décrit jusqu'à 400 personnes détenues dans une seule pièce.
Tuesday, September 15, 2015

[Since 1994, the world witnesses the horrifying Tutsi minority (14%) ethnic domination, the Tutsi minority ethnic rule with an iron hand, tyranny and corruption in Rwanda. The current government has been characterized by the total impunity of RPF criminals, the Tutsi economic monopoly, the Tutsi militaristic domination, and the brutal suppression of the rights of the majority of the Rwandan people (85% are Hutus)and mass arrests of Hutus by the RPF criminal organization =>AS International]

Massacres commis au Rwanda par le FPR d’avril 1994 à août 1997. Le cas de la Commune de Ngenda au Bugesera. Par Maryline Hermans Doctorant en Criminologie Université de Rotterdam Depuis l’attaque du FPR-Inkotanyi le 1 octobre 1990, la population hutu a été massacrée systématiquement par l’APR, branche armée de la rébellion.

Après le génocide baptisé « des Tutsi », ces militaires, appuyés par ceux qu’on surnommait les « caders », agents à tout faire du FPR, ont étendu ces actes génocidaires à travers tout le pays. Ils furent assistés également par quelques rescapés ainsi que par des rapatriés en provenance d’exil en Uganda, Burundi, Tanzanie, Congo (ex-Zaïre). Dans notre étude, nous nous sommes limités à la région du BUGESERA peuplée des Tutsi naguère victimes des troubles post-indépendance dans les années 60. Objectif de notre étude. Nous avons voulu étudier sur terrain ce qu’a été la réaction des Tutsi après le génocide par de-là le discours officiel de la réconciliation qui couvre cette page sombre de l’histoire du Rwanda. La région du BUGESERA nous sert d’échantillon, tandis que les résultats de l’étude feront fonction de miroir reflétant l’état des relations entre Hutu et Tutsi dans le reste du Rwanda après une guerre de 4 ans et un génocide.

Il est juste de rappeler l’autre face de la médaille que constitue le génocide des Tutsi. De ce dernier, le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) basé à Arusha en Tanzanie, ainsi que les juridictions rwandaises s’en occupent largement. Par contre, on observe un silence ponctué par quelques révélations quant à ce qui touche aux crimes commis par le FPR. Notre travail ne couvre qu’une infime partie des crimes au compte du FPR, crimes qui, analysés à la lumière des preuves recueillies et du droit international, répondent aux critères de génocide et crimes contre l’humanité. L’essentiel n’est pas d’inventorier toutes les victimes possibles, mais de mettre à la lumière l’autre face du conflit rwandais que certaines voix voudraient condamner au silence et à l’oubli, surtout de la part des dirigeants rwandais actuels et de leurs mentors internationaux.

Par ailleurs, il est moralement condamnable que l’opinion et la conscience internationales s’investissent à débusquer et condamner certains criminels ; et qu’en même temps elles déroulent le tapis rouge pour d’autres dirigeants dans le cadre de la de la realpolitik qui fait semblant d’ignorer la nature criminelle de leurs régimes. Données préalables. Les cas de massacres qui ont attiré notre attention ont en commun certains facteurs. Ils ont été supervisés par les autorités civiles et militaires. Certains cas de tueries ont eu lieu dans des camps militaires ou aux bureaux des secteurs et des communes. Ils ne sont donc pas à prendre pour des cas isolés. Les victimes ont été massacrées, jetées vivantes dans des latrines, dans des rivières (Akanyaru, Akagera) et des lacs, ainsi que dans la grotte historiquement connue sous le nom de « Urwobo rwa Bayanga » située dans le camp militaire de Gako à la frontière avec le Burundi. Personne ne saura le nombre exact de ceux qui ont péri durant cette période, étant donné que certaines familles ont été exterminées sans laisser de survivant. Par ailleurs, des témoins gênants de ces massacres ont été éliminés. Ainsi, notre étude recense seulement certaines victimes, les autres resteront dans l’oubli. Aire d’investigation.

Notre zone d’investigation se limite à la seule commune de Ngenda, une des trois qui formaient la région du Bugesera au sud de Kigali. Cependant, nos investigations nous ont permis de recueillir certaines informations aléatoires. Ainsi disposons-nous, par l’intermédiaire de nos informateurs, des listes de certaines victimes du FPR à Byumba, Kibungo, le reste du Bugesera, Butare et une partie de Gitarama, ainsi que celles des communes de Bicumbi, Gikoro, Gikomero, Mugambazi, Rutongo, Kanombe, et Butamwa. Nous en avons recueilli de Nyange, de Birambo et d’une partie de Gikongoro. Ceci nous a motivé à élargir les horizons. Actuellement, nos informateurs sont attelés aux recherches Massacres commis au Rwanda par le FPR d’avril 1994 à août 1997. Le cas de la Commune de Ngenda au Bugesera. Par Maryline Hermans Doctorant en Criminologie Université de Rotterdam dans le nord du pays pour inventorier les victimes de la période 1997-1999 dans la guerre dite des infiltrés ou ABACENGENZI. Limites de notre travail. Malgré nos efforts, nous ne comptons pas inventorier toutes les victimes car les tueries étaient éparpillées. Certaines se sont effectuées pendant la nuit dans les cachots contrôlés seulement par les militaires rompus aux méthodes de massacres en secret. Un autre handicap vient du fait que les massacres n’épargnaient pas même les enfants en bas âge. N’étant pas encore insérés dans le circuit de la vie sociale, leur identification reste problématique. Il faut encore noter que la population encore dominée par la terreur préfère souvent se taire plutôt que de s’exposer aux représailles par des révélations que le régime en place qualifie d’idéologie du génocide. En effet, les services secrets du FPR, dans le but d’enterrer définitivement toute révélation de ces crimes passés, recourt à l’élimination physique de tout témoin éventuel.

Méthodologie de travail.

Pour cette étude, nous avons disposé de dix informateurs installés sur terrain et menant des recherches pendant 5 ans, de juin 2003 à juin 2008. Nous avons préféré la discrétion pour raison de sécurité. La vérification de l’identité des victimes se faisait auprès des familiers et des voisins rescapés. Comme responsable et coordinatrice du projet, j’ai visité le Rwanda trois fois. Munie d’un visa touriste, j’y ai passé au total 87 jours. Malgré toutes ces précautions, nous déplorons l’emprisonnement de 6 de nos collaborateurs accusés faussement de semer des troubles par le seul fait de s’informer informellement sur les victimes supposées du FPR.

Je dois reconnaître aussi deux cas d’infiltration de notre groupe par des agents secrets du FPR qui ont failli nous coûter la vie. Pour y parier, j’ai dû changer de méthode en établissant un contact individualisé avec chaque agent et en évitant qu’ils ne se connaissent entre eux. Pour le même besoin de sécurité, dans notre étude, nous gardons l’anonymat des survivants et des responsables directs des tueries pour éviter l’élimination des témoins survivants. Pour les survivants vivant encore au Rwanda, nous les nommons par les initiaux de leurs noms.

Pour les victimes, nous identifions la date, le lieu ainsi que les circonstances de leur mort. Remerciements. Nous remercions beaucoup nos informateurs pour ce travail à haut risque. Nous n’oublions pas de remercier quelques militaires du FPR et quelques rescapés tutsi qui ont accepté de nous donner des témoignages de première main sur les hauts responsables qui donnaient les ordres desdits massacres. Mon grand remerciement va à une pauvre femme qui m’a confié personnellement que son mari s’était distingué dans ces massacres, mais qu’elle ne pouvait rien faire pour l’en empêcher. Elle le considère assassin en liberté, lui reste homme de confiance du FPR. A entendre cette femme, il semblerait que ces crimes lui aient laissé des séquelles psychologiques.

 Conclusion et recommandations. Par ce tableau, nous avons voulu donner la parole aux victimes pour qu’elles ne tombent pas dans l’oubli. N’oubliez jamais vos victimes, c’étaient vos enfants, cousins, parents, époux ou épouses, amis, voisins, condisciples ou compagnons d’équipes, groupes ou tout simplement votre génération. Il faut se souvenir d’elles dans les assemblées spirituelles si vous êtes croyants. Un jour leur voix réclamera justice et nous sommes sûrs que leurs assassins seront traduits en justice avant qu’ils ne rendent compte de leurs actes devant le Créateur. Ils ont souffert toutes sortes de peines : fusillades, brûlures, viols, tueries à l’arme branche, (comme « agafuni », la machette, etc.).

De grâce, ne pensez pas à les venger par les mêmes peines car seuls les esprits faibles imitent ce qu’ils ont vu. Au contraire réclamez la justice, ce sera le seul moyen d’honorer leur mémoire. Ne perdez pas courage si cette justice tarde. Les retards, en effet, font partie du processus de l’action humaine. Dans l’attente de la justice, évitez le refus, la révolte, la haine, la vengeance, la colère, et l’indignation, car tout cela ne procure ni force, ni joie de vivre. Ne soyez pas toujours victimes. Restez sauveteurs dans le triangle dramatique de Karpman, sauveteurs de soi et des autres. (Le Triangle dramatique, dit aussi Triangle de Karpman, est une figure d'analyse transactionnelle proposée par Stephen Karpman en 1968 qui met en évidence un scénario relationnel typique entre Victime, Persécuteur et Sauveur (ces rôles étant symboliques, une même personne peut changer de rôle). Parmi ces victimes, il y a des martyrs tutsi tués parce qu’ils ne voulaient pas être complices.

Les femmes tutsi qui ne voulaient pas abandonner leurs maris hutu etc. Les 6 tutsi de Shyara tués parce qu’ils cachaient les Hutu sont pour tous les Rwandais signes d’espoir d’une cohabitation fraternelle mais qui demande un préalable de justice. Nous avons gardé l’anonymat des bourreaux. Nous dirons leurs noms en cas de besoin, mais ils sont souvent connus du public. Par ailleurs, certains se vantent publiquement de ces massacres confessant qu’ils les répéteraient au besoin. Ceux qui étaient présents à la réunion qui s’est déroulée devant le bureau de la commune Ngenda en 2003 se souviennent du discours indigne du général IBINGIRA qui racontait qu’il ne regrettait rien de ce qu’il avait fait et qu’il poursuivait les coupables et les génocidaires. Il ne se rendait pas compte que la majorité de ses victimes identifiées dans ce travail n’ont vu le fusil que le jour de leur mort.

Maryline Hermans 
Doctorant en Criminologie 
Université de Rotterdam

The Truth can be buried and stomped into the ground where none can see, yet eventually it will, like a seed, break through the surface once again far more potent than ever, and Nothing can stop it. Truth can be suppressed for a "time", yet It cannot be destroyed. ==> Wolverine
Wednesday, September 2, 2015

 [Since 1994, the world witnesses the horrifying Tutsi minority (14%) ethnic domination, the Tutsi minority ethnic rule with an iron hand, tyranny and corruption in Rwanda. The current government has been characterized by the total impunity of RPF criminals, the Tutsi economic monopoly, the Tutsi militaristic domination, and the brutal suppression of the rights of the majority of the Rwandan people (85% are Hutus)and mass arrests of Hutus by the RPF criminal organization =>AS International]

Mission d’information sur le Rwanda

 Rwanda: Crimes du FPR en RDC 
un ex-soldat exilé témoigne
« Je vais vous livrer mon témoignage sur ce qui s’est passé au Congo, où j’étais soldat de l’APR (devenu RDF Rwandese Defense Force) avant d’être affecté à la DMI (Directorate of Military Intelligence). On nous a envoyés à Kisangani tuer les réfugiés  sur le commandement du capitaine Shema de la DMI et le sous-lieutenant Franck Bashimake. Jusqu’à Kisangani les réfugiés  dans leur fuite marchaient sur les routes, arrivés à Kigangani, ils ont été bloqués par le fleuve, c’est là qu’ils ont péris. C’est ce qui s’y est passé que je vais vous raconter amis Rwandais ». Déclare l’ex-DMI qui se reconnait lui-même être un ex tueur du FPR, aujourd’hui réfugié en Europe, et qui n’a pas voulu dévoiler son nom ni son adresse pour sa sécurité et celle de sa famille. Il a livré son récit en Kinyarwanda à la radio Itahuka le samedi 09 février 2013.  Radio Itahuka est une webradio fondée par la plateforme du « RNC », une plateforme initiée et dirigée par d’anciennes personnalités du FPR, autrefois proches de Paul Kagame.
Un réfugié transformé en tueur 
Né à Rutshuru à l’Est du Congo,  cet ex-DMI  est un descendant des anciens réfugiés  tutsis chassés du Rwanda en 1959.   Il a intégré la rébellion du FPR en 1993, un an avant la victoire de ce mouvement sur le régime de Habyarimana. Peu après, il a été affecté à la fameuse DMI (Directorate of Military Intelligence), le service de renseignement militaire rwandais mis en cause pour son rôle dans l’exécution de plusieurs milliers de Rwandais et étrangers.
« Je veux donner globalement mon témoignage sur les dirigeants rwandais et ce qu’ils ont fait depuis que le FPR a déclenché la guerre de libération ; je vais vous le dire parce que ça me fait très mal au cœur et c’est cela qui m’a poussé à s’exiler encore » déclare-t-il.
Un objectif : liquider tout Hutu sur le sol congolais
Des réfugiés rwandais fuyant vers le Congo
Des réfugiés rwandais fuyant vers le Congo
« On attaquait les Rwandais et les massacrait sauvagement et de façon inimaginable, celui qui nous commandait et qui était à son tour sous les ordres des généraux Paul Kagame et Jacques Nziza, nous demandait à ce que tout réfugié hutu sur le sol congolais soit assassiné, et ils ont annoncé que celui qui refusera de le faire sera exécuté sur le champ. (…) parmi mes collègues il y en a qui furent exécutés par ce qu’ils refusaient d’obéir aux ordres » ; « On embarquait les réfugiés  qui s’enfuyaient de Tingi-Tingi (camp de réfugiés NDRL) dans les camions et les acheminait dans plusieurs endroits : il y en a qu’on a conduit sur l’autre côté du fleuve, un endroit qu’on appelait « rive gauche ». C’est des milliers et des milliers qu’on y a massacrés. Un autre lieu c’est Devansende à 59 kilomètres de la ville de Kisangani : à ce lieu on y a massacré plusieurs milliers de personnes. On avait creusé des trous où on jetait des corps, on ne faisait pas distinction : enfants, femmes et personnes âges, tout le monde y passait parce que les ordres étaient de tuer tout ce qui est Hutu sur le sol congolais. On employait tous les moyens à notre disposition : balles, agafuni (petite houe), sac plastique sur la tête, attacher les mains par derrière, etc.… », continue-t-il.
« On a tué jusqu’à s’épuiser. Certains réfugiés mourant même de faim. Le capitaine Shema nous disait que nous nous fatiguons en se donnant pour notre pays. « Ils sont nombreux si on ne les éradique pas ils vont revenir nous chasser dans le pays » aimait-il répéter  (42 :05).
Ce témoin revient également sur les massacres perpétrés à Mbandaka, dans la région d’équateur : « Sur la rive gauche de Mbandaka, on y a massacré également beaucoup de gens, car les réfugiés y étaient coincés, ils ne pouvaient plus avancer, les religieux qui ont tenté de s’interposer ont subi à leur tour le même sort. Après leur mort on a pillé leurs véhicules qu’on a utilisé par après pour transporter et brûler les corps ».
« Les gens qu’on massacrait étaient tous des civils, par exemple à Rafasenti, on a fait croire aux réfugiés  qu’on allait les ramener au Rwanda, on les a fait monter dans plusieurs camions, on a chargé surtout les hommes, plus de 4000 en tout. Ils ont été tous tués le même jour »
« Ceux qui ont échappé à la mort, c’est ceux que le HCR ramassait un peu partout dans les forêts, ce sont les seuls qui ont pu nous échapper. (…) Nos activités criminelles se sont déroulées de 1997 jusqu’à 1998 quand Laurent Kabila nous a prié de partir » précise l’ex agent de la DMI.

Ne pas laisser de traces 
D’après le témoin, tout était fait pour ne pas laisser des traces de ces massacres, car déjà la communauté internationale suivait de prés la situation de ces réfugiés. « On avait creusé les fosses dans les alentours de la ville de Kisangani ; tout était bien planifié et piloté de haut par le Général Paul Kagame. On empilait les corps dans ces fosses comme les stères de bois de chauffage. En haut, on couvrait avec des bâches, cela nous permettait d’ouvrir facilement et mettre d’autres corps puis bruler une fois les trous remplis. Chaque nuit on utilisait un bateau de moteur pour transporter les cendres et les jeter dans le fleuve zaïre. Dans tout ce qu’on faisait, on nous ordonnait de ne pas nous reposer, on était obligé d’exécuter les ordres pour ne pas à notre tour y laisser nos vies. On était des petits soldats aux ordres du Général Paul Kagame, du Général Nziza, et du Général Kabarebe qui était notre chef direct sur le terrain, le capitaine Shema commandait quant à lui notre section » rapporte le témoin.
Les tueurs étaient minutieusement choisis
D’après le témoin, les tueurs étaient minutieusement choisis, ils étaient sélectionnés parmi les Tutsi venus du Congo, car selon lui, le commandement de l’APR ne fait pas confiance aux Tutsi venus d’Ouganda, du Burundi et de la Tanzanie pour exécuter cette mission, qui se devait être rapide, bien faite et surtout discrète. Le choix se portait en grande partie sur les Tutsi originaires du Congo. Le témoin affirme même que les gardes rapprochés de Paul Kagame, ceux qui veillent à sa sécurité et ses biens, sont ceux qui viennent du Congo, car l’homme fort du Rwanda ne ferait pas confiance à ses compatriotes venus d’Ouganda, de Tanzanie et du Burundi.
« Avant les massacres, une réunion s’est tenue un soir dans la ville de Kisangani, dirigée par le capitaine Shema aujourd’hui Major, et son adjoint le lieutenant Bashimake qui est aujourd’hui capitaine et chef de la brigade 408 de police à Ruhengeri. Au cours de cette réunion, une question nous a été posée : « selon vous pourquoi ici vous n’êtes que d’une seule ethnie ? » nous avons répondu, « nous n’en savons rien ». C’est ainsi qu’ils nous ont expliqué que si nous ne sommes que des Tutsi, c’est que nous avons un travail à faire sans préciser de quoi il s’agissait « . ; «  On se connaissait pas car on venait de bataillons différents, (…). Capitaine Shema nous expliquait que c’était l’état major qui nous avait choisi pour ce travail ; c’est pourquoi il ne fallait pas dire « je refuse de le faire ou je suis malade ». A Kigali pour nous sélectionner, on regardait où l’on est né, la famille et notre pays d’origine » affirme le témoin.
Tenir éloigner les témoins gênants 
Le témoin livre également son récit sur tout ce que son escadron faisait pour tenir loin les témoins, surtout les ONG qui étaient nombreuses à entreprendre les démarches afin de  connaitre le sol des réfugiés. « On nous ordonnait de retenir les humanitaires dans la ville de Kisangani, si nécessaire de leur tirer dessus pour les faire croire que certains endroits étaient dangereux. Je vous donne l’exemple de la Croix rouge, on a tué certains de ses membres. Parce qu’ils étaient obstinés à connaitre la vérité » dit-il.
D’après lui les humanitaires ont été empêchés de se rendre sur les lieux de massacres, avant que les bourreaux n’aient fini leur travail.  « On a contenu les humanitaires à Kisangani jusqu’à ce qu’on transfère les corps à 150km à l’intérieur de la forêt pour ne pas laisser de preuves aux enquêteurs. (…) Capitaine Shema et Lieutenant Frank Bashimake nous ordonnaient de travailler 24heures sur 24 sans se reposer ». affirme-il avant d’ajouter qu’ils ont même tiré avec des armes lourdes sur  les avions des Nations Unies qui survolaient la zone des tueries pour tenter de comprendre ce qui se passait. « Quand on tirait sur un avion, il ne repassait plus au-dessus de la même zone » dit-il.
« Quand les Nations Unies ont commencé à soulever des soupçons sur nos atrocités à Kisangani, la presse interrogeait Paul Kagame sur les massacres qui se commettaient sur le terrain. Ce dernier ne faisait que nier, Kabarebe qui dirigeait les soldats rwandais au Congo répondait la même chose, Kabila (père NDRL) niait aussi les faits. Ces derniers disaient tous qu’aucun réfugié hutu n’est tué sur le sol congolais. Nous qui étions sur place, on était étonné d’entendre cela, on suivait tout le temps la BBC ».
L’ancien soldat donne même les exemples de certains officiels qui ont été éliminés, car ayant supervisé les massacres, « le régime voulait s’assurer de leur silence éternel ». C’est le cas de major Ruzindana et Birasa, qui ont été éliminés par la DMI. Bagire qui est mort empoissonné. « Ce dont je suis certain est que toute personne utilisée dans les massacres soit, il part  en exil soit il est tué. Moi aussi quand j’ai quitté le pays en mars 2006, on voulait m’assassiner. – Major Birasa, adjudant chef Abbas qui supervisait les massacres dans le camp Kami, lieutenant Rushoke qui était connu comme le plus cruel de tous, ils sont tous été assassinés dans le camp Kami et puis transportés vers Nyungwe – » affirme le témoin.

Les massacres au Rwanda
Le témoin a livré également à la radio Itahuka certains cas de massacres au Rwanda auxquels il a assisté directement ou indirectement. Il revient sur les massacres qui se commettaient au stade régional de Ruhengeri (dans le Nord du Rwanda) en 1998, sur les ordres de Gasheja qui dirigeait le bataillon 408 Ruhengeri, et Gasana qui dirigeait la brigade 408 de Ruhengeri. D’après lui, ces officiers ramassaient les gens à  Nyakinama, Kinigi, Nyamutera et Giciye, et les rassemblaient dans le stade de Ruhengeri. Les personnes arrivaient au stade ligotées dans les camions à conteneur, puis elles étaient peu à peu conduites vers le camp Mukamira pour y être achevées. Selon le témoin, les corps étaient transportés dans les mêmes camions vers la forêt de Nyungwe dans un lieu qu’ils appelaient « Icyokezo », pour y être brulés.
L’ancien DMI affirme que la forêt de Nyungwe a servi, en 1997 et 1998, de lieu où l’on brûlait les corps des personnes tuées un peu partout au Rwanda. Selon lui,  Kugiti Kinyoni (tout prés de Kigali) il y avait des barrières redoutées, les gens venant de Ruhengeri, Kibuye, Gitarama et Butare y étaient arrêtés, on regardait l’origine de la personne et son faciès. « On choisissait surtout les personnes qui ont encore la force de se battre, on appelait cela « guca imbaraga abahutu » (décourager les Hutu) ». Il affirme que ce climat de terreur avait fini par persuader les gens de prendre des taxis car une fois monté dedans, on n’était pas sûr de rentrer, surtout ceux qui venant de Gisenyi et Ruhengeri ne franchissaient aucune barrière. Ces derniers étaient arrêtés puis conduits au camp Kami, un camp selon lui abritant en 1998, dans sa cave, une prison où les gens étaient gardés avant d’être tués. « Tous ces massacres étaient coordonnés et supervisés par Jacques Nziza » dit-il. Pour transporter les corps de camp Kami vers la forêt Nyungwe, le témoin affirme qu’ils utilisaient un camion bleu pillé au Congo de marque Benz.
Usage massif de poison
Le témoin évoque aussi les cas d’assassinat par le poison. « Il y avait aussi les gens qui ont été assassinés empoissonnés, le marché de poison était dans les mains des Indiens, ce sont eux qui l’importaient au Rwanda pour le vendre à la DMI. Ce poison était injecté souvent par seringue. Le poison était le plus souvent utilisé pour assassiner les gens connus dont il était impossible d’éliminer dans la masse sans attirer l’attention, c’est pourquoi ce sont les hauts gradés comme le capitaine Mutiganda et le capitaine Burabyo qui s’occupaient personnellement d’utiliser cette méthode. La personne à éliminer était soit invitée à une réunion ou approchée dans une fête ; « on attendait qu’elle soit distraite pour mettre le poison dans son verre » affirme le témoin qui dit que lui-même avoir été chargé un jour d’une mission d’éliminer un collègue :
« On m’a donné un jour le poison à mettre dans le lait de Sankara qui était en prison à ce moment. Je ne l’ai pas fait car ce dernier était un homme intègre, dans ses chansons, il défendait les droits des soldats. Ils n’ont pas su que je n’avais pas empoisonné le lait de Sankara, et disaient à ce dernier, « tu as vraiment de la chance, tu ingère le poison  et tu es toujours en vie » ».
Les massacres des réfugiés tutsis de Mudende 
L’ex agent de la DMI, revient également sur les massacres des réfugiés tutsis de 1959 qui sont revenus au Rwanda en 1995 après 30ans d’exil au Congo. Le témoin se dit choqué que Paul Kagame et Nziza aient décidé de les éliminer pour attribuer leur mort aux rebelles hutus (abacengezi) venus du Congo, alors qu’à cette période tout l’Est du Congo et la frontière étaient sous le contrôle du nouveau gouvernement rwandais.

En effet, ces réfugiés à leur rentrée au Rwanda, ont été installés à Mudende, non loin de l’université qui porte le même nom, et à Nkamira. « Les massacres se sont déroulés la nuit, le matin tous les militaires qui gardaient le camp avaient été rappelés ». Le général Munyakazi qui dirigeait la brigade 211 de Gisenyi, et à qui les victimes ont fait appel durant les événements, voulait se rendre sur les lieux des massacres pour intervenir mais il en a été empêché parce que ceux qui commettaient ces assassinats étaient les hommes de Kagame venus de Kigali. Pourtant la garde rapprochée de Paul Kagame est en majorité composée des fils de ces personnes assassinées. « Ces gardes ne le savent pas, c’est pourquoi je livre ce témoignage » déclare l’ancien agent de la DMI. « A ce moment, plusieurs militaires dont les parents des personnes assassinées ce soir-là, voulaient manifester, mais ils ont du se résigner et regagner leurs camps après que le général Kagame les ait menacés de tous les liquider ».
Le 1er octobre 2010, les massacres des réfugiés hutus en République démocratique du Congo entre 1996 et 2002 ont donné lieu à un rapport d’enquête du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme connu sous le nom de Mapping Report. Selon ce rapport, ces massacres pourraient, si prouvés devant un tribunal compétent, être qualifiés de génocide.
Jean Mitari

The Truth can be buried and stomped into the ground where none can see, yet eventually it will, like a seed, break through the surface once again far more potent than ever, and Nothing can stop it. Truth can be suppressed for a "time", yet It cannot be destroyed. ==> Wolverine

Human and Civil Rights

Human Rights, Mutual Respect and Dignity For all Rwandans : Hutus - Tutsis - Twas

Stephen Sackur’s Hard Talk.

Gén. D. Tauzin Demande Justice

Le Général Tauzian réclame la Justice pour la France et pour les Soldats français. Les Présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande ne font que ridicuriser les soldats français qui payent de leurs vies pour la France. Plutôt que rendre hommage à la France et à l'armée française, ils n'ont fait que prendre partie pour l'ennemi de la France. Il l'explique dans le vidéo qui suit:

Prof. Allan C. Stam

Prof. Allan C. Stam Mich.University U-M Professor of Political Science and Faculty Associate at the Center for Political Studies Prof. Allan C Stam Michigan University Understanding the Rwanda Genocide - Full version

The killing Fields - Part 1

The killing Fields - Part II

The killing Fields - Part III

Drame rwandais- justice impartiale

Carla Del Ponte, Ancien Procureur au TPIR:"Le drame rwandais mérite une justice impartiale" - et réponse de Gerald Gahima

Prof. Christian Davenport

Prof. Christian Davenport Michigan University & Faculty Associate at the Center for Political Studies

Inspirational Prayer of the Day

Sheltering 2,5 million refugees

Credible reports camps sheltering 2,500 million refugees in eastern Democratic Republic of Congo have been destroyed. The UN refugee agency says it has credible reports camps sheltering 2,5 milion refugees in eastern Democratic Republic of Congo have been destroyed.

Latest videos

Peter Erlinder comments on the BBC documentary "Rwanda's Untold Story Madam Victoire Ingabire,THE RWANDAN AUNG SAN SUU KYI

Rwanda, un génocide en questions

Bernard Lugan présente "Rwanda, un génocide en... par BernardLugan Bernard Lugan présente "Rwanda, un génocide en questions"

Nombre de Visiteurs

free counter

Popular Posts - Last 7 days