Saturday, December 20, 2014

We HAVE A CARD THAT SAYS GET OUT OF JAIL FREE











I Miss You Images
<




(dedicated to our Umuhoza, Ingabire yacu still in Kagame’s joal)

You are the sendgod to Rwandans, both Hutu and Tutsis
You, your family as well as all Rwandans are in my thoughts and prayers during this extremely difficult time.
You have given so very much to the world and will have the support of millions.
We pray for you and we hope you´ll be a free person soon
We feel tears running down our faces
As we sit in this quiet lonely place
We think of you and need you here
We wipe away our falling tears
We hit the floor on bended knees
We ask, We beg, We start to plead
Please bring HER home
God, no longer do We want to be Alone
Is there an Angel you could send to us
And give us a miracle in God We trust
She's unlawfully detained, She needs to be free
Please God bring Her home to us
We believe in love, We believe in you
Please God is there something you could do
We'll make it up to you God, you know We will
We'll be good and honest, grateful and true
So please send us an Angel, is all We ask of you
We'll say this prayer each and every day

Until She is in our arms and at home to stay for being with us forever

Ingabire’s dream:
Now let us fight to fulfill that promise. Let us fight to free Rwanda, our loved father and motherland!
Rwandans: Hutus, Tutsis and Twa, in the name of democracy, let us all unite!
Let us unite to free our fatherland and lovely country
The clouds are lifting! The sun is breaking through!
We are coming out of the darkness into the light!
We are coming into a new world; a kindlier world, where men will rise above their hate, their greed, and brutality.
The glorious future belongs to you, to me and to all of us.

Let us liberate our country from Kagame and RPF, the Devil




The Truth can be buried and stomped into the ground where none can see, yet eventually it will, like a seed, break through the surface once again far more potent than ever, and Nothing can stop it. Truth can be suppressed for a "time", yet It cannot be destroyed. ==> Wolverine

Friday, December 19, 2014

DRC: EIGHT ideas to help the FDLR rebel group in Congo/AS INTERNATIONAL
























How to Dismantle Kagame’s regime makes 8 key recommendations:

1.     Regional diplomacy. U.N. Special Envoy Said Djinnit should continue to proactively make clear that Paul Kagame is the real barrier to peace and relations between Rwanda and South Africa as well as relations between Rwanda and Tanzania. The aim should be to forge regional consensus for both targeted military operations and urgently-needed non-military measures to neutralize the Kagame, RPF death squads, the Museveni’s aid and relations with RPF.
2.     Cutting off Kagame’s political and economic lifelines, including lootings of Congolese mineral resources and enslaving of Hutu ethnic members. U.S. and UN representatives should bolster the Virunga National Park rangers’ (also known as The Congolese Institute for Nature Conservation, or ICCN) plans to to help  Hutu rebels supplying help  from the Hutu mapopulation, the majority of Rwandans  from Virunga National Park to Ruhengeri and Byumba prefectures.
3.     Accountability for Kagame, RPF, Clinton and Blair’s fake organizations. U.N. and U.S. diplomats should escalate pressure on regional organizations like SADEC, UA, EAC and ICGLR organizations to investigate, suspend, and indict Rwandan and Ugandan military officers and civilians who are suspected of collaborating to create conflicts in the region with the aim of decimating the Hutu community, which represents the majority population of Rwanda. The issue should be placed on the agendas of the ICGLR high-level talks and the U.N. Security Council. Such collaboration is a major issue, because it enables the rebels to avoid attacks and resupply.
<
4.     Work to apprehend Kagame and RPF military and civilians leaders, responsible of the 1994 Rwandan genocide and encourage public indictments. UN Special Envoy Said Djinnit, U.S. Special Envoy Russ Feingold, and Angolan President José dos Santos should urge MONUSCO, the United States, UK, Uganda  and the Congolese government to cooperate with the International Criminal Court, apprehend Kagame and RDF soldiers, ask for arresting M23 leaders inside Rwanda and Uganda as well, Kagame’s family members , RPF members and RPF government, and strengthen the case against him.
5.     Third-country resettlement. Concrete regional resettlement options should be developed for RDFcombattants who are not indicted for atrocity crimes and who would help the regime change in Rwanda. Such offers should include the protective measures necessary to encourage increased defection.
6.     Interior Hutu and Tutsis. Djinnit, Feingold, and Kobler should work with the U.N. High Commissioner for Refugees (UNHCR) to explain Kagame’s plan of destroying the Hutu majority and make sure that the Hutu refugees are protected elsewhere in eastern Congo, in
Africa and elsewhere in the world. The envoys should also ensure that MONUSCO provides security for the camps but also helps the Hutu refugees to get back to their country of origin without being threatened by the current RPF government, institutions, national and local structures.
7.     The UN, the European Union should help Rwandans to dismantle the RPF regime by refusing to help Kagame to change the Rwandan constitution or to be replaced by his cousins and or his family members.

8.     Security guarantees. Djinnit, Feingold, and dos Santos should work with new Rwandan leadership  to provide an improved security plan that is co-signed by all ethnic members (Hutu,Tutsi and Twa),  international actors and to issue a new statement that would outline more concrete plans for security and non-prosecution guarantees for FPR soldiers s not indicted for grave crimes.


The Truth can be buried and stomped into the ground where none can see, yet eventually it will, like a seed, break through the surface once again far more potent than ever, and Nothing can stop it. Truth can be suppressed for a "time", yet It cannot be destroyed. ==> Wolverine

HAPPY NEW YEAR 2015




Ishyirahamwe ry'abacikacumu bibumbiye mumuryango wa African SurViVors International ubifulije Umwaka mushya Muhire 2015. Uzababere uw'amata n'ubuki bibafashe kwibohora Inngoma y'agahotero iyobowe n'umwicanyi Ruharwa Kagame.
  




New Year 2014 Images
On behalf of our members and supporters, our organization wishes a victorious 2010 for all fighting for us Freedom, Human Rights, Truth, Justice, Rule of law and Democracy. We take this opportunity to appeal to the world to stand behind millions of people in Rwanda and Democratic Republic of the Congo, still suffering in the hands of all forms of tyrannical and wartime rules.
Once again, taking the occasion of the start of the New Year 2011, we call upon all Rwandans and Congolese people, all Rwandan and Congolese victims and survivors living in all corners of the world to come together for the common good of Rwandans and Congolese people and the future generation.

Let’s unite against Kagame’s dirty game overplaying the ethnic card, let us unite against all acts of Kagame’s ongoing tyranny and despotism, arrests, imprisonment of political opponents to silence them, murders and mass-murders, mass-rape, inequality, injustice, corruption etc. As we all want to see a developed Rwanda with strong democratic institutions, it is impossible to reach such notable goals under the reign of utter negligence, repression of fundamentals of individual and group rights.
The establishment of a Truth and Reconciliation Commission, inspired by the process that took place in South Africa, should allow us to develop an appropriate understanding of past injustices and to envision constructive remedies to create a new regional culture of fairness, equal opportunity and prosperity to all Rwandans.

La main de fer du président Paul Kagame

Even though Kagame gets support about his misleading socio-cultural, political and Economic Indicators on Rwanda, there is much work to do to find out better indicators (2000 Rwandan fake census being the primary misleading indicator) and NOT those based on misleading information on Rwanda.

We strongly believe that the scourge of bad governance is a hindrance to our social and economic progress and change is long overdue as status of our country in most indicators continued to deteriorate. 
Consequently we repeat our call to the RPF ruling party in Rwanda to immediately open up the political space for the oppositions, release the would-be president of Rwanda Ms. Ingabire Victoire, Me Ntaganda Bernard and all political prisoners and cease from harassing, intimidating and arresting and assassinating of journalists, opposition members and leaders.
In response to the CURRENT critical humanitarian crisis in Rwanda, in the Democratic Republic of the Congo and Burundi, As International calls on all of other organizations to cooperatively work with us for stopping the bloodshed in the our African Great Lakes Region.
As we said before, you can't talk about Christmas without mentioning Jesus. In the same context, you cannot talk about human rights abuses in Rwanda, Congo, war crimes in Congo, crimes against Humanity in Congo and genocide without mentioning General Paul Kagame, the mastermind of the Rwandan and Congolese Genocides, a criminal STILL AT LARGE.


The Truth can be buried and stomped into the ground where none can see, yet eventually it will, like a seed, break through the surface once again far more potent than ever, and Nothing can stop it. Truth can be suppressed for a "time", yet It cannot be destroyed. ==> Wolverine

Thursday, December 18, 2014

Why Are Rwandans Disappearing?


[Since 1994, the world witnesses the horrifying Tutsi minority (14%) ethnic domination, the Tutsi minority ethnic rule with an iron hand, tyranny and corruption in Rwanda. The current government has been characterized by the total impunity of RPF criminals, the Tutsi economic monopoly, the Tutsi militaristic domination, and the brutal suppression of the rights of the majority of the Rwandan people (85% are Hutus) and mass arrests of Hutus by the RPF criminal organization =>AS International]

Why Are Rwandans Disappearing?

Virginie Uwamahoro vanished in April. A primary school teacher, she was last seen settling in for the three-hour bus ride from the Rwandan border town of Gisenyi to Kigali, the capital. She called a friend once she got into town: Someone from the government wanted to see her. She would drop by his office before heading home.
Ms. Uwamahoro’s name is now on a list of missing people included in a new Human Rights Watch report on a series of politically motivated detentions and disappearances in Rwanda since mid-March. Human Rights Watch attributes the disappearances to sweeps by the army and the police targeting people suspected of being critical of the government, and cites 14 cases in one district alone.
The assistant commissioner of police, Damas Gatare, said in an official statement that the report was “baseless,” but specified that “some people” had in fact been “apprehended” on suspicion of belonging to the Democratic Forces for the Liberation of Rwanda, an armed group composed of fugitives from the 1994 genocide and based in the Democratic Republic of Congo. Traveling to Congo on business or to visit relatives could be enough to cause a person to fall under suspicion, according to anecdotes in the report. The State Department expressed concern and urged a return to “due process of law.” But President Paul Kagame remained defiant, saying at a recent state function: “We will continue to arrest more suspects and if possible shoot in broad daylight those who intend to destabilize our country.”
To observers with years of experience in the country, Mr. Kagame’s stance is no surprise. American censure, on the other hand, comes as a breath of fresh air.
The “genocide guilt card” has been played expertly from Mr. Kagame on down. Nearly $800 million flows into Rwandan government coffers every year from foreign donors still haunted by images of discarded machetes released after the genocide of half a million people 20 years ago. Mr. Kagame continues to be regularly celebrated at American universities and black-tie events in Aspen and Davos, where he is presented as a visionary committed to radical economic modernity.

To be fair, some progress has been made. Rwanda’s gross domestic product has grown since 2001 at an estimated annual rate of 7 percent. Literacy rates have soared, while fertility rates have plummeted. Alone in the Great Lakes region of Africa, the country has a national health care policy that provides coverage for less than $100 per person per year. Once a dusty, garbage-strewn city, Kigali is now a bustling metropolis with soaring glass buildings separated by vast stretches of manicured grass.
But as the report by Human Rights Watch makes clear, something unsettling is happening beneath this shiny surface.
In January, the BBC reported that Mr. Kagame’s former intelligence chief Patrick Karegeya, who had fled to South Africa and was advising intelligence officials there, was found strangled in Johannesburg. The brazen murder led to the expulsion of three Rwandan diplomats from South Africa. Mr. Kagame officially denied involvement, but the BBC reported that he remarked soon afterward at a prayer meeting, “You can’t betray Rwanda and not get punished for it.”
<
Among foreign aid workers, the level of fear is so high that no one dares to talk about the government in public. “We call it the 24/20 rule,” a health expert said in an interview in Kigali in April. “You say something wrong and you get 24 hours to leave the country with 20 kilos worth of stuff.” The political activist Paul Rusesabagina, who saved the lives of at least 1,200 people during the genocide, providing the inspiration for the film “Hotel Rwanda,” said in a phone interview: “It’s like this government is swallowing people who disagree.”
In the 20 years since the genocide, Mr. Kagame and the governing Rwandan Patriotic Front have built an excellent public relations machinery portraying the ruling Tutsi elite as the “good guys” who put an end to the genocide and the faceless Hutu masses as the “bad guys” who did the bulk of the killing. But research conducted by numerous respected scholars, among them Timothy Longman at Boston University and Brian Endless at the University of Chicago, shows that Rwandans of all ethnicities were caught up in the violence. Human rights groups have found that the R.P.F. killed many Rwandans before, during and after the 1994 genocide.
Many Rwanda scholars share the conviction that the R.P.F.’s disinformation campaign predates the genocide, and that its first public relations coup came on the night of April 6, 1994, when the plane carrying President Juvénal Habyarimana was shot down over Kigali, triggering the massacre.
At the time, suspicion fell on the R.P.F. The former chief of the Rwandan Army under Mr. Kagame, Kayumba Nyamwasa, who is currently in exile in South Africa, said in a telephone interview that Mr. Kagame’s order to shoot down the plane was “an open secret” known to “everyone who was in the army at the time.” In the space of 90 days, however, that assumption was replaced with a conspiracy theory laying the blame with Hutu extremists determined to get the genocide underway.

The result is that the distortion has become the truth. Only the French, who had their own troubled history of interference in Rwanda, have formally accused Mr. Kagame of shooting down Mr. Habyarimana’s plane. Americans, both in government and in the reception lines at events where Mr. Kagame speaks, have been keen to support a government that claims to represent the victims of the genocide, without realizing that no alternative narrative has been allowed to emerge, creating a vacuum in which Rwandan citizens are now demonstrably at risk.
“A few unidentified individuals have been released” since the Human Rights Watch report, said Carina Tertsakian, a researcher for the rights organization. But for any genuine change to occur in a dictatorship as entrenched as Rwanda’s has proved to be, donors will have to apply strong and sustained pressure. The United States alone provides over $200 million in bilateral aid a year. It should make every penny conditional on receiving an accounting of every person who has been detained, apprehended or otherwise disappeared, and insist on confirmation by local and international monitoring groups. Until that happens, Rwandans just don’t know who may be next.

Lara Santoro is a novelist who worked as a journalist in Rwanda from 1996 to 2004. Susan Thomson is a professor of peace and conflict studies at Colgate University and the author of “Whispering Truth to Power: Everyday Resistance to Reconciliation in Postgenocide Rwanda.”

The Truth can be buried and stomped into the ground where none can see, yet eventually it will, like a seed, break through the surface once again far more potent than ever, and Nothing can stop it. Truth can be suppressed for a "time", yet It cannot be destroyed. ==> Wolverine

Tuesday, December 16, 2014

RWANDA : Les chacals ne mangent pas que les cadavres. Ils dévorent aussi la mémoire des morts!











RWANDA : Les chacals ne mangent pas que les cadavres. Ils dévorent aussi la mémoire des morts!

Lettre ouverte à mon vieux copain Jacky
Mon vieux Jacky,
Cela fait un bail que nous n’avons pas eu l’occasion de causer !  La dernière fois, ce devait être à l’été 1993. Comme d’habitude, à la veille d’un voyage en Falcon 50, tu étais passé dans les bureaux de l’attaché de défense à Kigali. Moi, je revenais d’Arusha…nous avons échangé nos points de vue sur la situation générale et, surtout, sur la probabilité que ton zinc soit abattu par un missile.
Depuis 1990, tu venais régulièrement prendre la température avant chaque mission. Nous savions tous, et toi le premier, qu’ils avaient abattu un Islander dans le parc de l’Akagera puis un hélico Gazelle. Nous savions que les FAR avaient ramassé sur le terrain des morceaux de SA 16 abandonnés par l’APR: nous avions avec beaucoup de difficultés identifié les morceaux de ce matériel soviétique mal connu de nous : un système de refroidissement puis un tube sans sa poignée de tir…... Depuis 1990 nous étions inquiets.
Il me revient qu’un soir d’été où ma famille partait pour la France, je suis monté sur le toit de l’aéroport Grégoire Kayibanda pour suivre leur aviondes yeux. Les bruits étaient alarmants et dans la journée, avec le chef d’escale et le pilote, nous avions réfléchi à la meilleure façon dont ce Boeing dépourvu de leurres pourrait bien éviter un tir éventuel de missile. Le lourd et lent virage à droite qu’il a opéré dès qu’il a quitté le sol était sans doute bon pour le moral de ceux qui s’inquiétaient mais il n’aurait sans doute rien évité. Ce soir-là, après un gros soupir de soulagement (temporaire) nous avons dormi tranquille.
Puis, je suis rentré en France et toi, tu as poursuivi ton job de pilote ! A Kigali, après les accords d’Arusha, après les assassinats d’hommes politiques, la tension était de plus en plus vive, les rancœurs exacerbées et la paix s’éloignait chaque jour. Bruno m’a dit que Jean-Pierre lui avait écrit, que vous réfléchissiez aux meilleurs manœuvres d’évitement d’un missile…
Les bruits se précisant sur la présence de missiles au sein du bataillon FPR installé au CND, vous avez demandé à l’Attaché de défense de vérifier qu’il n’en était rien auprès de la MINUAR qui avait en charge d’empêcher cela….Bien sûr la MINUAR l’a rassuré : elle était là pour ça : rassurer pendant que Kagame se préparait. Elle n’était pas là pour empêcher quoi que ce soit et surtout pas pour empêcher ça. D’ailleurs elle avait avalisé l’interdiction d’utiliser la piste dans le sens Ouest-Est. Comme cela tout le monde savait de quel côté ton avion se présenterait sur la piste !
<
Et puis voilà : la dernière fois que je t’ai vu, tu étais dans ton cercueil posé sur un tréteau dans  un hangar de Dugny. Françoise pleurait… On a accroché un ruban rouge sur ce costume qui t’allait si mal …quelques bonnes paroles. Fin de l’histoire !
Aujourd’hui, on reparle de toi….ou plutôt, au nom de ta mort, on demande des choses à la justice française. On pourrait s’attendre à ce que, en ton nom, on exige la vérité sur tes assassins mais c’est apparemment de tout autre chose qu’il s’agit.
Je ne sais pas si, là où tu es, tu te préoccupes encore de ce qui se trame à Kigali. L’affaire est somme toute assez simple. Kagame qui n’a pas réussi encore à échapper totalement à l’histoire redoute par-dessus tout que les quelques sept ou huit officiers de sa garde rapprochée qui ont été mis en examen dans ton assassinat soient renvoyés devant la Cour d’Assises avant 2017. Après 2017, il s’en fout un peu mais, avant ce serait grave parce que cela compromettrait sa réélection (pour un troisième mandat malgré la constitution qui limite à deux mandats consécutifs ceux qui peuvent être exercés par le même criminel de guerre). Il a tout essayé pour obtenir un non-lieu. Il a multiplié les assassinats, tentatives d’assassinats et autres enlèvement des témoins susceptibles d’apporter les preuves de sa culpabilité. Il a fait faire des expertises bidons par les militaires anglais de l’université militaire de Cranfield que son copain Tony BLAIR avait mis à sa disposition. Il a même réussi à ce que ces « experts » militaires anglais supervisent le travail des juges français et de leurs « experts » lorsque ceux-ci ont enfin cédé à sa demande de venir « travailler » au Rwanda.
Mais, malgré toutes ces magouilles, malgré la mort « inespérée » de la plupart des membres du commando qui a abattu ton avion, le dossier d’instruction reste accablant et les magistrats n’ont pas pu jusque-là délivrer l’ordonnance de non-lieu tant espérée. Ils n’ont pas pu le faire même à l’époque – lointaine incontestablement – où le gouvernement français acquis à la cause de Kagame via ses meilleurs alliés, les pressait de le faire ! Et la dernière affaire Ben Barka  - pardon l’affaire Gafirita – que tu as du voir arriver il y a peu au paradis des victimes de Kagame (j’espère que vous n’êtes pas trop serrés parce que ça commence à faire beaucoup ?) -  n’a pas vraiment milité pour le non-lieu souhaité par Kagame. Alors il fallait trouver autre-chose.
La dernière trouvaille pour renvoyer ce procès aux calendes grecques faute de pouvoir désormais l’empêcher  - chacun sait que les calendes grecques commencent après la réélection de Kagame en 2017 – serait de demander la déclassification des documents secret défense français ! Si, si, tu as bien lu : les documents français ! Les mis en examen sont rwandais, voire ougandais par moment quand ça les arrange, ils étaient commandés par Kagame, soutenu par l’Ouganda, la Grande Bretagne et les Etats Unis, sans parler des autres, mais c’est dans les archives françaises que l’on souhaite aller chercher on se demande bien quoi ! Et comme on ne sait pas ce qu’on cherche, voire comme on sait déjà qu’il n’y a rien à trouver, puisque tout a été mis sur la table depuis des années, on pourra discuter à l’infini. Vous avez dit dilatoire ?
Ce serait amusant si cela ne se faisait pas, parait-il, en ton nom. Voilà pour moi le comble du cynisme : réclamer au nom d’une victime que soit recherché le moyen de ne pas juger ceux que tout accuse d’être ses assassins !
Voilà mon pauvre Jacky, je voulais te dire ces quelques petites choses. Certes ces turpitudes terrestres n’empêcheront rien. Et tu dois bien rigoler en te disant que, quoi que nous fassions ici-bas, l’œil sera dans la tombe et regardera Kagame. Mais je voulais que tu saches que nous sommes encore quelques-uns à penser à toi, à Jean-Pierre et à Pépé et à toutes les victimes, blanches et noires,  tutsi ou hutu, voire métis (au fait quand on est né d’un père hutu et d’une mère tutsi, ou l’inverse, on est quoi ? rwandais sans doute, non ? Toi qui sait tout là-haut, peux-tu me dire de quel côté du génocide on a compté ceux-là ?).
Et certains soirs comme celui-ci, je me demande pour qui il faut le plus prier : pour ceux qui sont morts ou pour ceux qui instrumentalisent les morts.
Adieussiatz Jacky ! Et ne t’inquiète pas, nous ne lâcherons rien !

The Truth can be buried and stomped into the ground where none can see, yet eventually it will, like a seed, break through the surface once again far more potent than ever, and Nothing can stop it. Truth can be suppressed for a "time", yet It cannot be destroyed. ==> Wolverine

Monday, December 15, 2014

REVELATIONS FRACASSANTES DE L’AVOCAT CHRISTOPHER BLACK SUR LE TRIBUNAL D’ARUSHA





Traduit de l’Anglais avec certains
passages en couleur par 
Kodakombu Missinga Migulu

By Christopher Black


Révélations fracassantes de Christopher Black sur le tribunal d'Arusha 


Dans un article publie par GLOBAL RESEARCH le 19 octobre 2014 et repris par La Tribune Franco-Rwandaise, Christopher Black rapporte que l’ordre donne par l’Otan d’attaquer le régime de la Libye en 2011 et déférer le président Muammar Gadaffi devant la Cour Criminelle Internationale (ICC ) faisait écho a une attaque semblable de l’Otan contre la Yougoslavie en 1999. Les leaders de ces deux pays ont connu le même sort : tués. Ces attaques avaient toutes la même justification, servir d’outils de propagande pour justifier  l’agression et l’élimination des gouvernements qui refusent de se mettre à genoux devant le pouvoir de l’Otan.

 La Cour internationale criminelle de justice est devenue une machine de guerre totale non pas pour juger les criminels qui s’engagent dans des guerres d’extermination des vies des populations, mais plutôt, pour éliminer les leaders politiques qui résistent contre le dictat de l’Occident.  

Milosevic et Gadhaffi ne sont pas les seules victimes de cette structure juridique internationale de répression contre les résistants. La liste est longue et comprend: 
  •  Le Président Saddam Hussein de l'Irak,
  •  Le Président Charles Taylor du Libéria
  •   Le Premier ministre Jean Kambanda, du Rwanda,
  •  Le Président Laurent Gbagbo de la Côte d'Ivoire,
  •  Le Président Béchir du Soudan et
  •  Le Président Uhuru Kenyatta du Kenya.

Les accusations portées contre tous ces leaders ont été  forgées à partir d’un ensemble de methodes contraires à la procédure juridique légale reconnue dans les pays dits « démocratiques ».

Récemment, on a parlé dans la presse occidentale des accusations portées contre le président Putin. Nous pouvons comprendre maintenant combien absurde et surréaliste le jeu est devenu.

Le rôle structural, que ces tribunaux ont joué dans la tentative des États-Unis et ses alliés de l'OTAN pour créer un nouvel ordre mondial a été analysé et décrit par d'éminents juristes et écrivains du monde entier.

Depuis que je suis devenu avocat d’un prévenu devant l’ICC, j'ai voulu contribuer à la compréhension par le public, de la nature criminelle de cette machine de la justice internationale, en présentant certains éléments concrets des irrégularités, manipulations et autres subterfuges de cette cour dont j’ai, moi-même, fait l’expériences dans ma mission de défendre un prisonnier politique particulier,  détenu depuis plusieurs années par la fameuse cour criminelle internationale de justice.

Je parlerai également des pratiques scandaleuses du TPIY dans le procès de Milosevic auquel j'ai été associé par le biais de son Comité international de la défense. Ces pratiques scandaleuses sont d’ailleurs bien connues de tous puisqu’elles ont été relatées par un certain nombre de personnalités et écrivains.

Il y a de nombreuses victimes à travers le monde qui attendent le jugement de ces tribunaux internationaux car il y en a plusieurs en ce moment. Mais je vais me concentrer sur le cas précis de mon client, lequel peut servir d’exemple parmi tant d’autres semblables.


Il est bien de noter que quand j'ai commencé à écrire ce document, je n’avais aucune intention d’en faire un livre.  J'ai du prendre cette décision seulement plus tard en réalisant combien vaste et complexe sont les intrigues des ceux qui tirent les ficelles au sein de la cour internationale criminelle.

  Mais ce que vous allez lire ici n’est qu'un sommaire de la toile d’araignée que représente réellement ce que l’on appelle Cour Criminelle Internationale de Justice.

Dans ce sommaire, je parlerai du tribunal pour le Rwanda parce qu'il m’est le plus familier et parce que la guerre au Rwanda est utilisée maintes et maintes fois par les États-Unis dans sa propagande pour justifier ce que l'on appelle ‘ses guerres d'intervention’.

Les États-Unis allègent que les violences qui ont eu lieu au Rwanda en 1994 ne se seraient pas produites si seulement l'Amérique et autres pays de l’occident ne les avaient pas ignorées !

Nous savons maintenant après 15 ans de jugements, témoignages  et enquêtes,  que l'Amérique et ses alliés sont directement intervenus. C'était eux, USA et alliés qui contrôlaient cette guerre et c'était eux qui ont déclenché la violence d'une ampleur sans précédent, y compris la sauvagerie qui en suivra, simplement pour renverser un régime qui a été un obstacle à une plus grande conquête des richesses du Congo.

Leurs forces militaires, nous le savons maintenant, ont fait l'essentiel du travail de la mise à mort des milliers de populations du Rwanda et du Congo.

Le président Clinton a purement et simplement menti en prétendant que les Etats-Unis, son pays,  n'était pas impliqué. Il est aujourd’hui prouvé que ce fut l’un des  grands mensonges de l'histoire.

Boutros-Ghali, alors secrétaire général de l’ONU a affirmé en 2004 à l'écrivain Canadien Robin Philpot,  que « Les Américains sont 100 % responsables de ce qui s'est passé au Rwanda ».

Clinton a accepté de porter ce grand mensonge comme une médaille d’honneur dans le seul but d’assurer le succès, à travers les puissants médias du monde, de la campagne de propagande en faveur de la création du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), mis en place et financé par les pays de l'OTAN et les  sociétés Soros, connectées aux ONG sous le contrôle des tribunaux yougoslaves, Sierra Leone et Hariri.

En janvier 2000, le général Augustin Ndindiliyimana, l'ancien chef d'état-major de la gendarmerie du Rwanda et le plus haut officier militaire rwandais en 1994, a été arrêté en Belgique sur base d’un acte d'accusation émis par Carla Del Ponte, alors procureur de l'International Criminal Tribunal pour le Rwanda, le TPIR. Il s'était enfui en Belgique en juin 1994 après avoir reçu des menaces sur sa vie. Son entrée en Belgique a été autorisée par le  ministre belge des affaires étrangères, Willy Claeys, devenu plus tard Secrétaire général de l'OTAN, qui a déclaré à l'époque, que le général avait sauvé la vie de nombreux rwandais.

L'arrestation du général Augustin Ndindiliyimana a ouvert la porte à une série noire de pratiques criminelles au niveau du Tribunal que d’aucuns ne pouvait imaginer.

Il a été spéculé dans la presse belge à l'époque, que son arrestation était due à des raisons politiques. En effet, 11 ans plus tard, cette hypothèse a été confirmée lorsque les juges de Première Instance ont rendu leur jugement.

Ils ont déclaré, lors du jugement en date du 17 mai 2011 ce qui suit : le général était considéré comme un politique "modéré" au cours de la guerre du Rwanda de 1990-94. Un Hutu respecté tant par les Tutsis que par les Hutu selon les témoignages de plusieurs personnes, y compris les témoins à charge. Ce Hutu et ses gendarmes n'ont pas commis de crimes contre des civils. Au contraire, ils ont tenté  de protéger tous ceux qu’ils pouvaient.

<
 
Alors pourquoi était-il arrêté ?

Simplement parce qu'il était un leader potentiel du pays qui refusait de coopérer avec le régime du FPR  installé par les Etats-Unis après la guerre; et parce qu'il savait trop sur ce qui s'est réellement passé au Rwanda sous le pouvoir du FPR, lequel était réellement responsable de la violence.

Le général ne pouvait ignorer non plus que les forces des Nations Unies et des américains, malgré les dénégations de Clinton, ont directement participé à la dernière offensive du FPR de 1994 et à l'assassinat du Président Habyarimana. Toutes ces raisons ont sans doute contribué à son arrestation.

Mais il est rapidement apparu que le procureur a utilisé l’arrestation de  Ndindiliyimana comme un moyen pour récolter des faux témoignage contre le Colonel Théoneste Bagosora, ancien vice-premier ministre chargé de la défense au Rwanda qui était leur cible principale, le «big fish » du groupe d'enquêteurs.

Les méthodes criminelles utilisées contre le général ont commencé immédiatement après son arrestation. Lui et son avocat à Bruxelles se sont entretenus avec deux officiels du groupe d'enquêteurs affirmant alors que l'acte d'accusation contre Ndindiliyimana était une simple formalité pour donner la compétence au TPIR de gagner sa coopération en les accompagnant à Arusha ou le procureur devait l’interroger à propos des événements survenus au Rwanda.

Le règlement  du TPIR exige que l’acte d’accusation soit  présenté à l’accusé  sur la saisie conservatoire. Il ne l’a pas été.

 Néanmoins, l’accusé a volontairement accompagné les officiels du TPIR en Tanzanie et a été immédiatement jeté en prison.

 En juin 2000, Ndindiliyamana m'a contacté par lettre et m'a demandé d'être son avocat. J'ai accepté et il a inscrit mon nom au registre des assignés. Mais le personnel du TPIR a tente de le dissuader de se confier à moi, disant que je n'avais aucune expérience, que je ne pouvais pas parler Français, (il ne parlait pas anglais) ; affirmations toutes fausses visant à le persuader de prendre des avocats recommandés par la TPIY. 

C'est une occurrence fréquente au TPIY et R, devenue, maintenant la norme à la CPI.

Les avocat de la défense qui sont perçus comme trop exigeants et prêts à déballer tous les dessous des cartes afin que la justice triomphe même si le ciel doit tomber – ou encore, comme le dit Kant, "que la justice règne au péril de tous les coquins du monde "; ces avocats sont l’objet de suspicion,  de manœuvres dilatoires et de coups bas.

 Rien n’est épargné pour les éloigner des accusés en faveur des avocats qui sont soit accommodants avec les principes de la justice, ou travaillent en connivence avec les puissances occidentales. 

La guerre ouverte entre le TPIR à Arusha et les avocats scrupuleux aux règles de leur profession est à tel point que certains membres de la défense ont été jetés en prison à la suite des accusations forgées par le groupe d'enquêteurs comme mesure d’intimidation. 

Un exemple typique est celui survenu récemment dans l'affaire Bemba à la CPI. Cependant, Ndindiliyimana a persisté dans sa décision et finalement, j'ai été autorisé à le représenter au cours de l’été de l’année 2000.  

Ma première tache en ma qualité de défenseur était, évidemment, de mettre la main sur l'acte d'accusation et de voir quelles étaient les charges portées contre mon client. Cela s’est avéré plus difficile que je ne le soupçonnais. 

Lorsqu’il il m’a été donné finalement de prendre connaissance de l’acte d’accusation, je me rendis compte avec étonnement qu'’il s’agissait d’un simple énoncé de faits divers lui reprochés plutôt que d'une accusation criminelle. Cet énonceé de faits divers était rédigé sous forme d’un document de propagande du genre qu'on appelle, en terme politique, « un tract » de 65 pages apparemment destiné à la consommation des medias dont le principal objectif était de porter préjudice à l'accusé aux yeux des juges. 

  En d'autres termes, c'était un document de pure propagande politique écrit dans le style approprié à ce type de matériel qui vise à nuire malicieusement plutôt qu'a établir la justice. 

 L'autre surprise a été de constater que des lignes entières, des sections et nombreuses  pages de ce document étaient curieusement rayées ou noircies, y compris les noms des coaccusés. 

À son arrivée à Arusha le général Ndindiliyimana n'a pas été conduit immédiatement devant un juge pour une comparution initiale comme l'exige le règlement de procédure du TPIR. Au lieu de cela, il a été détenu au secret pendant près de 4 mois et n'a pas fait sa première apparition devant les juges du tribunal jusqu'au 28 avril de la même année. Le délai était une tactique délibérée destinée à ramollir le prisonnier psychologiquement. 

La même tactique a été utilisée contre d’autres prisonniers. L’exemple typique est  celui du premier ministre Jean Kambanda, qui, au lieu d'être conduit devant un juge sur la saisie conservatoire, a été, plutôt, gardé à un emplacement situé à des centaines de kilomètres du tribunal, détenu au secret pendant neuf mois et menacé par deux agents de police canadienne  tous les jours pour le forcer à avouer des crimes qu'il n'avait jamais commis. 

Quand Ndindiliyimana sera enfin conduit devant le juge, l’avocat lui assigné objectera que l’accusé était inviteé à plaider en face d’une accusation à moitie blanc. Le juge est resté cependant indifférent. 

À mon arrivée au tribunal, en juillet 2000, une femme s'approcha de moi dans un couloir des bureaux du tribunal et m’informa qu'elle était en charge de l'équipe du groupe d'enquêteurs et qu'elle voulait s’entretenir avec moi. Elle m'informa qu'elle n'était pas seulement un avocat. Elle portait le titre de Colonel dans les réserves de l'armée de l'Air des USA. 
Elle a demandé à me rencontrer le lendemain pour discuter d'un accord étrange, si l'on considère les accusations de génocide qu'ils avaient proférées à l’endroit de mon client. 

Le lendemain, une vingtaine de personnes est venue dans la salle de réunion où j'étais assis seul. La tentative de m'intimider était claire. Le colonel américain a fait diverses propositions visant à nous amener à coopérer et à témoigner pour le groupe d'enquêteurs.  

Nous avons soutenu que les charges, telles qu'elles étaient présentées étaient fausses. Que nous ne pouvions en aucun cas accepter l’arrestation du général et sa détention comme un moyen de le forcer à donner des faux témoignages. 

 Ce faisant, nous avons exigé un procès en bonne et due forme. 

Signalons, en passant, que j’ai entendu plusieurs fois dans des réunions privées des officiels des Nations Unies, certains à des niveaux élevés, déclarer que tout le monde au tribunal était conscient que le général était un homme bon et nullement coupable de quoi que ce soit. Mais, avouera un initié, tout le monde ici doit s’accommoder « au jeu des américains ». Cet initié me recommandera d’être perspicace pour ne pas me laisser prendre. 

Lors de mon prochain voyage à Arusha, quelques mois plus tard, dans le cadre d’une requête que j’avais introduite pour la libération de mon client, je me suis rendu compte que ce dernier avait « disparu » de la prison. Les gardes de l'ONU et de la Tanzanie ont refusé de me dire où il était. Il m’a fallu toute une journée d'arguments désagréables avec les fonctionnaires obstructifs pour apprendre qu'il avait été transféré à un UN refuge dans la ville d'Arusha. 

 On prétendra, pour excuse, qu'il était en danger avec d'autres prisonniers. En réalité, c'était simplement une tactique pour l’isoler psychologiquement,  l'affaiblir, l’adoucir autant que pour le discréditer aux yeux d’autres prisonniers en faisant croire qu'’il avait conclu un « pacte secret » avec le groupe d'enquêteurs.

Nous avons exigé, mais sans succès, qu'il soit ramené au lieu de détention des Nations Unies jusqu'à ce que j'ai eu recours à la presse. De peur que la nouvelle provoque un scandale, deux jours  après sa publication, le général a été ramène à la prison des Nations Unies, où, peu de temps après, il était élu chef du Comité par ses Co-prisonniers. 

Au cours des 4 année qui suivront sa détention, nous avons été confrontés à de constantes manœuvres d'obstruction dans tous nos efforts pour dénouer la toile d’araignée autour de son cas et déterminer s’il aurait jamais un procès, et si oui, quand aurait-il lieu et où? 

Dans l’entretemps, des offres répétées nous ont été faites par les procureurs, y compris une, sensationnelle, de laisser tomber toutes les charges. 

En fin de compte, nous les avons toutes rejetées en affirmant que le général était innocent; que son arrestation et détention visaient simplement à le forcer de témoigner en faveur du groupe d'enquêteurs, qu’il ne pouvait faire un tel choix que le jour ou il retrouverait ses droits et pouvait agir en homme libre.

Nos exigences pour un procès expéditif n’ont rencontré qu'indifférence, de même que nos demandes pour la divulgation de tout l’acte d’accusation sur lequel devait être fondé le procès. L’accusation tenait cachés des milliers de documents disculpatoires contre le général qui ne venaient à la lumière que par accident.

Incapables d’obtenir la divulgation complète de l’acte d’accusation, nous étions obligés de recourir a une stratégie de défense fondée sur ce que nous avons pu comprendre comme étant la ligne des accusations du groupe d'enquêteurs.

Et pour compliquer davantage les problèmes, on nous a aussi refusé des missions d'enquête indispensables pour localiser et rencontrer des témoins en vue de construire notre défense. Des incidents dignes d’une grande comédie se produiront tout au long des efforts des divers avocats de la défense. Un avocat Irlandais découvrira, par le biais de contacts sympathiques, un système d’écoute téléphonique installé dans le Bureau de sécurité de l'ONU qui permettait de suivre les communications téléphoniques dans les bureaux des avocats de la défense.

Nous apprendrons ensuite la présence au sein de la défense d’un avocat travaillant comme agent du procureur. Certains Avocats s’apercevront qu'ils étaient  suivis et leurs chambres d'hôtel cambriolées. D’autres affirmeront avoir été contactés par des femmes payées par les services de renseignement de la Tanzanie et du Rwanda pour les recruter.

Des rumeurs de toutes sortes circulaient dans le centre de détention des Nations Unies visant à discréditer les avocats de la défense aux yeux de leurs clients.

En 2003, un avocat Ecossais, Andrew McCarten, engagé pour la défense d’un autre accusé du TPIR, est venu me voir à Toronto, affirmant que les services du tribunal à tous les niveaux étaient sous le contrôle du gouvernement des Etats-Unis et de la CIA, ajoutant qu'’il craignait pour sa vie. L’avocat était terriblement agité. Il m’assurera avoir été à New York pour tenter de rencontrer Bill Clinton et avait été jeté hors de son bureau. Il me fera part d’informations en sa possession sur le rôle de l'armée américaine et de la CIA au sein du tribunal, promettant de me transmettre des documents bien plus sombres là-dessus. Le tribunal, me dira-t-il, l’aurait accusé d'irrégularités financières et l’aurait chassé. Deux semaines plus tard, le pauvre homme était mort ! La police ne décèlera aucune cause de l’accident de voiture dans laquelle il se trouvait et que l’on découvrira dans une falaise en Écosse. Il fut un avocat militaire de l'Écosse avant cet accident.

Lors d'une visite à Arusha, j'ai eu une rencontre avec un officier du service de renseignement de l'armée américaine, accompagné d'un autre agent du Bureau de Recherche d’Intelligence du Département d’Etat des USA. Ils voulaient tous savoir quelle était notre stratégie du procès et quelles étaient les vues de la politique africaine de mon client.

Contrairement a ce qu'’on pourrait croire, les avocats de la défense n'étaient pas les seuls qui ont connu des déboires avec le TPIR. En 1997, Louise Arbor a ordonné une enquête de l'avion présidentiel qui a entraîné le massacre de toutes les personnes à bord, y compris Mr. Habyarimana, Président Hutu du Rwanda, et Ntaryamira, également Président Hutu du Burundi ainsi que le chef d'état-major de l’armée de ce pays. Les forces d’invasion ougandaises et le RPF ainsi que les américains affirmaient que l'avion avait été abattu par des Hutus « extrémistes ».

        Un avocat australien, Michael Hourigan, a été nommé pour diriger l'enquête sur l’avion et en temps opportun, son équipe présentera un rapport devant Arbour établissant que le FPR avait abattu l'avion avec l'aide d'une puissance étrangère et la CIA était impliquée. Arbour, dira l’avocat dans un affidavit, semblait enthousiaste quand le rapport lui a été communiqué par téléphone. Mais lorsque l’avocat fut convoqué à la Haye pour déposer officiellement son rapport, l’enthousiasme avait tourné à une hostilité totale. Il était ordonné de remettre son témoignage et déchargé de ses obligations sans la moindre explication.

        À ce jour, ce fichier a été gardé secret et aucune personne  nommée dans le rapport d’enquête n’a été inculpée. En janvier 2004, les avocats de la défense ont organisé une grève pour protester contre le caractère politique des accusations et des procès, les mauvaises conditions de travail pour la défense, les perquisitions subies par  les avocats lors des visites avec leurs clients, aussi bien que pour les mesures d’isolement et mauvaises conditions de vie imposées aux prisonniers. 

Quelques semaines après la grève, le leader de la grève, Jean Degli, un avocat congolais basé à Paris, un excellent défenseur et un leader de l'association des avocats de la défense, était accusé d’implication dans un scandale financier et expulsé de la défense d'un officier supérieur détenu. Il était forcé d’abandonner ses fonctions et de quitter le tribunal. 

Apres son départ, on verra venir à la prison  des avocats Britanniques et Américains prétendant avoir été désignés pour défendre tel ou tel prisonnier sans que ces derniers n’aient fait la moindre demande, n’ayant même pas la connaissance ni le désir de traiter avec ces avocats, sachant, d’avance, qu'’ils étaient de connivence avec les services d’intelligence des pays occidentaux qui voulaient les piéger. 

Etant ainsi prévenus, les prisonniers établiront  à leur propre initiative une liste des avocats qu'ils soupçonnaient être au service des services d’intelligence occidentaux.

Lorsqu’II devint de plus en plus évident que la cour était incapable de contrôler ou influencer les stratégies des avocats de la défense par ses mouchards, nous nous apercevrons que le groupe d'enquêteurs avait maintenant ses propres agents secrets qui étaient en train de tendre des pièges contre tous les mouvements de notre enquêteur principal - un ancien officier important de la police du Rwanda, très habile à localiser les témoins pour la défense – que le groupe d'enquêteurs se préparait à arrêter. 

Le jour même que notre enquêteur devait arriver à Arusha, j’étais prévenu par un officiel sympathique me disant que le groupe d'enquêteurs avait déjà suspendu son travail et allait l’arrêter sous prétexte de génocide. Il fallait vite le faire sortir du pays. Il nous fallait faire tout pour l’évacuer de la Tanzanie à un prix exorbitant afin de prévenir son arrestation ou pire. La vérité cependant est que les accusations suscitées contre lui étaient totalement fausses puisque l’officier avait été déjà blanchi par la sécurité de l’Onu et du Rwanda bien avant même qu'’il soit engagé comme enquêteur principal par nous.

 L’objectif du groupe d'enquêteurs était d’handicaper les efforts de la défense en matière d’enquête. Et pendant plus d’une année effectivement, la défense ne pouvait pas trouver un enquêteur possédant les qualifications et contacts de cet officier de la police Rwandais. 

Nos démarches pour vérifier les accusations avancées par le procureur contre cet officier sont restées évidemment sans suite. 

II convient quand même de noter ici que cet ancien officier de police Rwandais sera plus tard employé par la Police de Danemark qui ouvrira une enquête en bonne et due forme sur son cas laquelle confirmera qu'il n’était nullement mêle dans les évènements de 1994.


C’est, finalement, en septembre 2004, après plus ou moins 5 ans de détention que le procès du général Ndindiliyimana va s’ouvrir.  

A notre grande surprise, le procureur se lèvera des l’ouverture de l’audience pour présenter une nouvelle accusation en douze points portant sur des allégations aux massacres  et assassinats  que le général aurait personnellement commis et dont personne n’avait jamais entendu parler jusqu'ici.  

C’était catastrophique et sensationnel à la fois !!!

Il était clair que le procureur entendait porter préjudice à l’accusé aux yeux des juges avant même le commencement du procès et on s’en rendra vite compte lorsque le jugement sera rendu à la fin, et que ces accusations seront rejetées purement et simplement parce qu'elles étaient fabriquées de toutes pièces.

Pour nous, cet étalage d’accusations était bel et bien une charade. Nous avons protesté et demandé un délai afin de préparer la défense. La cour nous a ignorés et nous étions forcés de construire une défense à  la hâte.

J’étais à ce moment seul, dépourvu d’un Co-défenseur étant donné que les avocats de la défense n’étaient pas autorisés par le greffier de choisir librement leurs assistants. L’attitude des juges, dès le début du procès, était ouvertement hostile. Ils  s’opposeront à toute requête de la défense pour la contre-interrogation des témoins présentés par le procureur avec lequel ils seront en accord même quand celui-ci se lançait, à chaque séance, à des attaques personnelles vicieuses contre la défense et contre l’accusé. 

Les témoins présentés par le procureur étaient, en général, des prisonniers Hutu, détenus sans accusation dans des conditions horribles et souvent torturés pendant dix ans ou plus  pour le compte de RPF.

Leurs témoignages, pour la plupart du temps étaient fondées sur des rumeurs considérées en terme technique de« double and triple hearsay », étaient en contradiction avec les déclarations qu'’ils avaient faites avant le procès. Bien qu'un petit nombre de membres des groupes de la propagande du gouvernement rwandais aient témoigné, aucun officier de RPF n’était parmi ces témoins de circonstance. 

Néanmoins, une fois devant les juges et à la grande surprise de l’enquête, certains de ces témoins ont eu le courage de déclarer publiquement qu'ils avaient été forcés de signer des déclarations ou de donner des faux témoignages en contrepartie pour des promesses de libération et autres faveurs, ou tout simplement, pour éviter des menaces d’exécution. C’était la preuve la plus éclatante de l’innocence de tous ces prisonniers, sortie de la bouche de leurs accusateurs et des agents de propagande du gouvernement rwandais. 

Nous apprendrons de ces témoins précisément, que le régime  rwandais au pouvoir avait forme des écoles au sein des prisons pour recruter et former des témoins. Les juges recevront des témoignages vivants à propos des méthodes de recrutement des témoins en prison auxquelles les membres de l’enquête étaient même participants.
Nous ne pouvons malheureusement pas prédire le sort des   prisonniers qui ont dévoilé ce scandale après leur retour au Rwanda. Nous savons, cependant, que quiconque ose contredire le régime rwandais est condamné à un sort malheureux d’une façon permanente. 

Des lors, même les juges qui avaient été d’avance sélectionnés et préparés d’être hostiles à l’égard de la défense commencèrent lentement à se montrer inconfortables et mal à l’aise en apprenant de la bouche même des témoins que toutes les déclarations faites contre les accusés avaient été obtenues avant même l’arrestation définitive des dits accusés.

  Je serai, moi-même, et bien d’autres avocats, victime des menaces d’arrestation des juges, préoccupés à éviter la ligne poursuivie par les avocats de la défense dans leur détermination à préserver les droits de leurs clients. Il y aura même des confrontations colériques entre les juges et les avocats de la défense cherchant à maintenir le respect des règles procédurales.  

Même lorsque les évidences seront présentées tout au long des procès démontrant que les forces ennemies ont commis des atrocités massives contre des civils, les juges préféreront imposer le silence à la défense au lieu de demander au groupe d'enquêteurs pourquoi ces crimes n’étaient pas poursuivis. 

En 2005, au cours de ma contre-interrogation d’un colonel de l’armée Belge connu dans ce qu'’on a appelé le fax de génocide de Dallaire, nous apprendrons que le traducteur de la cour lisait le texte mis à sa disposition par le procureur plutôt que de traduire les paroles du témoin présent. 

 La défense demandera qu'une enquête soit ouverte en cette matière et que le procureur soit poursuivi.  

Les juges ignoreront complètement nos demandes.

C’était au cours de cette cross-interrogation qu’il sera prouvé que le fameux fax de Dallaire était une fabrication placée dans les dossiers de l’Onu par un colonel de l’armée Britannique. La prospection était tellement embarrassée par la révélation à tel point que l’affaire du fax ne sera plus jamais mentionnée dans aucun procès de l’ICTR alors qu'’elle constituait jusque là le document capital. 

En 2006, le procureur s’arrangera pour que la Chambre d’Appel publie une déclaration sans précédent au terme de laquelle il était établi que le génocide était bel et bien un fait judiciaire évident alors que la défense avait réussi à disqualifier le génocide comme principale charge contre tous les accusés. 

Le tribunal affirmait maintenant, au contraire, que la défense ne pouvait pas nier cette accusation. Mais la défense restera ferme dans ses arguments. Et à son avantage, dans ce cas précis, les juges renonceront à contredire la ligne de défense qu'’elle s’était imposée jour après jour de disqualifier l’accusation de génocide.


Au mois de septembre de la même année, l’expert bien connu de la prospection, le Dr. Alison Des Forges était invitée à témoigner dans notre procès et avait préparé un rapport d’expert pour la circonstance.  For malheureusement, elle va omettre de ce rapport des déclarations qu'’elle avait déjà faites dans un rapport précédent affirmant que Ndindiliyimana était un homme opposé au génocide et s’était efforcé de protéger des populations civiles.  

A la question de savoir pourquoi elle voulait tromper les juges lors de la cross-interrogation par la défense, elle refusera de répondre à la question mais il était clair, à la suite des réactions du procureur qu'elle avait omis les déclarations exclupatoires avec l’intention de compromettre la justice afin de satisfaire les ordres du groupe d'enquêteurs. 

Pour une fois au moins tout de même, les membres du tribunal prirent la décision dans leur jugement, de censurer le Dr. Des Forges pour cet acte de déception. 

  En 2007, une autre scène insolite eut lieu au cours de laquelle les juges et procureurs tiendront une réunion secrète pour s’entendre sur la tactique d’éliminer les témoignages indésirables d’un prince Tutsi, fils du dernier roi Tutsi, une personnalité bien connue au Rwanda, répondant par le nom d’ Antoine Nyetera.  

Celui-ci affirmera que le RPF était responsable de toutes les tueries et il était témoin de tous ces actes. 

Déçus de la proclamation d'un éminent Tutsi que la version des évènements telle que rapportée par les medias était fausse; que le RPF était en réalité responsable des tueries que les procureurs refusaient de poursuivre, une seule alternative restait devant la cour et le procureur : annoncer, publiquement, en pleine séance, que le témoignage du prince ne ferait pas l’objet du compte-rendu de la journée. 

 Même les objections de tous les avocats de la défense seront ignorées et les minutes journalières de cette séance seront falsifiées. 

Falsification du Compte-rendu. Lorsque nous recevrons la version finale du compte-rendu de la séance au cours de la laquelle le prince avait témoigné, certains mots ou phrases principales avaient été changées en faveur du procureur. Les plaintes et protestations de la défense resteront, une fois de plus, lettre morte. 

De plus en plus de mesures de coercition seront prises contre les avocats de la défense. Nos concertations  avec les témoins dans les hôtels étaient l’objet de surveillance par les officiers de la sécurité de l’ONU. C’était une occurrence fréquente dont l’objectif était d’intimider les avocats. 

En juillet 2008, an officiel Américain de l’ICTR m’a approché dans un café à Arusha me disant qu’il était un officier de la CIA et qu’ils avaient tué d’autres personnes qui ont voulu dépasser les limites autorisées à la cour, y compris un procureur Américain qui, dit-il, a été empoisonné pour avoir ignoré un avertissement à ne pas révéler certaines informations sensitives.



 The Truth can be buried and stomped into the ground where none can see, yet eventually it will, like a seed, break through the surface once again far more potent than ever, and Nothing can stop it. Truth can be suppressed for a "time", yet It cannot be destroyed. ==> Wolverine